PERP : Pour qui? Pourquoi? Comment?

Le PERP est un placement qui, bien utilisé, peut rapporter gros. A l'inverse il peut vous faire perdre beaucoup d'argent si vous n'avez pas le bon profil.
Le PERP est un placement qui, bien utilisé, peut rapporter gros. A l'inverse il peut vous faire perdre beaucoup d'argent si vous n'avez pas le bon profil.

 

Aujourd'hui dans la série "pour qui, pourquoi, comment" qui a vocation de faire découvrir les avantages et inconvénients des produits financiers au débutants, coup de projecteur sur le PERP. Le Plan d'Epargne Retraite Populaire est régulièrement vendu par les banques sans tenir compte des besoins et objectifs du client. C'est pourtant essentiel, en particulier pour le PERP qui offre des avantages attractifs mais qui doit être proposé à certains contribuables seulement.

 

Profil de l'investisseur : Je veux diversifier mon patrimoine, préparer ma retraite et alléger mon impôt sur le revenu. Je suis prêt à bloquer les sommes investies jusqu'à mes 60 ans et suis dans une tranche d'imposition forte. L'effet de levier du produit sera d'autant plus intéressant que je suis proche de la retraite. J'ai compris que mon argent ne sera pas disponible.

 

PERP : Comment ça marche?

 

L'épargne investie sur le PERP est bloqué jusqu'à la retraite. Le principe consiste à investir en cours de vie sur le placement (en un versement unique ou plusieurs réguliers) afin de constituer un capital. Lors du départ à la retraite, une rente est versée au souscripteur selon le montant capitalisé. Pour les stratégies patrimoniales que nous évoquerons par la suite, il est important de noter que si la rente est trop faible, la majorité des PERP prévoient un versement unique du capital lors du dénouement. De manière générale, un PERP qui vaut 10 000 - 15 000 € permet au souscripteur de récupérer les sommes à la retraite en une seule fois plutôt que d'obtenir la rente qui est jugée trop faible (environ 40€/mois dans ce cas). Bien entendu des options (qui ont un coût) sont possibles en amont : reversement de la rente au conjoint en cas de décès, protection des enfants ect.... Pour tout PERP, vous avez aussi la possibilité de récupérer 20% du capital à la retraite et le solde sous forme de rente.

En contrepartie de ces inconvénients (épargne bloquée et dénouement en rente si supérieur à 10 000 €), le PERP ouvre droit à un avantage fiscal intéressant : les sommes investies sont déductibles des impôts. Attention on parle ici d'une déduction et non d'une réduction! Si vous placez 1 000 € sur un PERP, vous n'aurez pas 1 000 € d'impôt en moins mais 1 000 € en moins sur le revenu imposable. Vous gagnerez seulement la tranche d'imposition qui peut-être de 0% (si vous ne payez pas d'impôt), 14% ou 30% (dans la majorité des cas) et monter à 41% et 45% pour les contribuables très aisés. Notre article vous permettra de trouver votre tranche d'imposition avec votre revenu imposable.

 

Exemple chiffré :

- Mon taux d'impôt est de 0% et je place 1 000 € sur le PERP : la déduction ne sert à rien et l'impôt reste à 0€.

- Mon taux d'impôt est de 14% et je place 1 000 € sur le PERP : mon impôt va diminuer de 14% * 1 000 = 140 €.

- Mon taux d'impôt est de 30% et je place 1 000 € : je gagne 300 € ect....

 

Un avantage fiscal qui aura d'autant plus d'impact que le contribuable est aisé. Sachez que les versements PERP déduits sont plafonnés. Pas de problème pour les investisseurs raisonnables, vous pouvez verser jusqu'à 15 000 € la première année ainsi qu'un minimum de 3 000 € les années suivantes, l'intégralité de ces versements seront déductibles des impôts.

 

Enfin, les sommes placées sont censés capitaliser pendant plusieurs années. Les supports disponibles dépendent des PERP mais vous retrouverez les types de gestion classiques : gestion prudente (très peu de rendement mais sécurisé) jusqu'à la gestion dynamique (rendement potentiel important mais risque de perte).

Il est impossible de retirer l'argent placé sur un PERP sauf exceptions : fin de droits chômage, décès du conjoint, invalidité.... Une notion que l'épargnant doit connaître avant d'investir. Récemment, le gouvernement a ouvert une nouvelle possibilité de retrait pour les souscripteurs de petits PERP souscrits sur un mauvais conseil de leur banque. Notez bien que le placement sera soumis à l'impôt et aux prélèvements sociaux lors de la sortie, que ce soit en rente ou sous forme de capital.

 

PERP : Pour qui? Pourquoi?

 

Qui? Le PERP est un placement long terme réservé aux personnes qui ont déjà une épargne de précaution.

Pourquoi? Vous l'aurez compris, l'argent étant indisponible jusqu'à la retraite il est hors de question de conseiller un PERP à un jeune couple qui aura des besoins de liquidités pour un éventuel achat immobilier, les futurs enfants... L'investisseur comprend que son placement est bloqué jusquà la retraite et doit avoir une épargne de côté avant d'envisager l'investissement.

 

Qui? Le PERP est à privilégier si vous êtes proche de la retraite et/(ou?) dans une tranche d'imposition élevée.

Pourquoi? La rentabilité du PERP va dépendre principalement de l'avantage fiscal et du moment où vous allez récupérer les fonds. Bien entendu les supports sur lesquels vous investissez vont jouer sur le rendement mais vous pouvez tout à fait investir sur un produit plus flexible et trouver ces mêmes supports. Placer en assurance-vie vous permettrait d'avoir accès aux mêmes supports financiers, d'obtenir une rente via des rachats programmés sans avoir la contrainte de blocage des fonds. Le PERP a pour gros atout la déduction des versements sur vos impôts et comme gros inconvénients le dénouement à la retraite. Il faut optimiser ces deux paramètres pour profiter au mieux du produit.

Le premier conseil coule de source : il faut investir sur le PERP si votre tranche d'imposition est élevée. A partir de 30% ou au-delà, le PERP est préconisé. Le second conseil vient en parallèle du premier : le produit est à privilégier lorsqu'on approche de la retraite. Sachez que la rentabilité du placement sera d'autant plus élevée que vous êtes proche de la retraite. Une personne de 30 ans va investir 1 000 € et gagner 300 € via l'impôt mais ne récupérera les 1 000 € que dans 30 ans! Une personne de 60 ans peut opter pour le même schéma et percevoir 1 000 € dans 3 ans au lieu de 30!

 

Les français répondant rarement aux deux conditions en même temps, il nous faut étudier si il est judicieux ou non d'opter pour le PERP quand on répond à une seule des deux variables.

 

Optimisation fiscale du PERP : 3 stratégies

 

Au vu du dispositif, trois réflexions reviennent souvent : puis-je faire un PERP si je suis loin de la retraite mais avec une tranche d'imposition élevée; puis-je faire un PERP si je suis proche de la retraite avec une tranche fiscale à 14%; puis-je faire un PERP la veille de la retraite pour avoir l'avantage fiscal et le clôturer rapidement pour récupérer me fonds?

 

1) Faire un PERP si je suis loin de la retraite mais avec une tranche d'imposition élevée.

 

 

Si la tranche d'imposition est à 41% ou 45%, le PERP se justifie à toute âge puisqu'on parle ici de personnes ayant un patrimoine important qui vont gagner immédiatement 41% de rendement. Le fait de devoir attendre parfois plus de 30 ans pour récupérer les fonds est rarement gênant. Sur une déduction à 30%, le PERP doit alors être mûrement réfléchi pour des ménages de moins de 45 ans. D'une part il faut attendre plus de 15 ans pour récupérer les fonds (gagner 30% immédiatement pour récupérer la somme dans 15 ans équivaut approximativement à du 2% de rendement par an...sans compter les frais d'entrée et la fiscalité à la sortie); d'autre part les fonds ne sont plus disponibles pour le futur (enfants, achat de résidence principale...).

 

2) Puis-je faire un PERP si je suis proche de la retraite avec une tranche fiscale à 14%?

 

Cette stratégie semble moins propice à un rendement important. Elle repose sur le fait de gagner 14% immédiatement en cherchant la disponibilité des fonds le plus rapidement possible. Premier écueil, il vous faudra attendre trois ans pour éviter l'abus de droit (le fisc considère qu'ouvrir un PERP pour le fermer sous deux ans revient à faire un placement uniquement pour gagner de l'impôt ce qui est interdit en France et qualifié d'abus de droit). Pour les français proches de la retraite, un rendement de 14% en 3 ans peut paraître attractif mais ce serait oublier : les frais d'entrée du PERP et la fiscalité à la sortie. Au niveau fiscal, le dénouement en capital (20% du montant ou la totalité si le PERP est inférieur à 15 000 €) peut-être fiscalisé à un taux attractif de 7.5% au lieu d'être intégré dans les revenus imposables sur demande.

Le PERP pour une déduction à 14% est envisageable si et seulement si vous pouvez le débloquer à court terme (moins de 4-5 ans) et que les frais d'entrée sont raisonnables (inférieurs à 2%). Dans ce cas, nous vous recommandons de verser moins de 10 000 € afin de pouvoir sortir en capital avec une fiscalité attractive à 7.5%.

 

3) Jackpot via le PERP : je suis proche de la retraite et dans une tranche d'imposition importante!

 

C'est LA situation où le PERP montre toutes ses vertus. Si vous êtes dans une tranche d'imposition supérieure à 14% et à moins de 5 ans de la retraite, le PERP est pour vous. Le versement ouvre droit à un gain fiscal immédiat de 30%! En quelques années seulement, vous récupérez les sommes (toujours 3 ans minimum pour palier à l'abus de droit). Bien entendu nous vous recommandons d'optimiser le tout en versant moins de 10 000 € afin de pouvoir récupérer le capital en totalité au lieu d'une rente. Cerise sur le gâteau, les textes à ce jour permettent de bénéficier de la fiscalité à 7.5% à la sortie.

 

Exemple : Monsieur verse 10 000 € sur un PERP. Il gagne immédiatement 3 000 € d'impôt en moins. Lors de son départ à la retraite quatre années plus tard, il clôture son PERP. La rente étant trop petite, l'assureur lui verse le capital. Supposons que la gestion du PERP ait été médiocre et que les 10 000 € n'ont pas fructifié. La fiscalité applicable à la sortie est de  675 € (impôt sur le revenu au taux de 7.5% après abattement de 10%) + 710 € (prélèvements sociaux).

 

Tableau de trésorerie d'un investissement PERP

Année 1 2 3 4 5 6
Investissement  - 10 000 €         - 675 €
 Recettes   3 000 €      9 290 €

La première année, Mr investi 10 000 €. En année 2, il récupère 3 000 € via le gain fiscal. En année 5, le départ à la retraite lui permet de clôturer son PERP. Il perçoit ses 10 000 € sur lesquels il paie 710 € de prélèvements sociaux. Il paiera l'impôt sur le revenu au taux de 7.5% l'année qui suit.

 

Sans prendre de risque, Monsieur affiche un taux de rendement par an de plus de 5% via le PERP. Le tableau de trésorerie est simple, libre à vous d'y ajouter les frais d'entrée et l'évolution du capital pour juger de la performance. Une opportunité à ne pas manquer quand on dispose de la trésorerie et que les conditions sont réunies.

 

BILAN - Avantages et inconvénients du PERP

 

(+) Les sommes versées sont déductibles des impôts. Gain fiscal immédiat qui dépend de la tranche d'imposition.

(+) Le PERP permet de préparer la retraite et dispose de nombreuses options pour protéger ses proches.

(+) Des cas de sortie en capital possible ouvrant des possibilités d'optimisation patrimoniale.

 

(-) Le capital n'est pas disponible avant la retraite.

(-) Un placement inefficace pour les contribuables jeunes et modestes.

 

Profil de l'investisseur : Je veux diversifier mon patrimoine, préparer ma retraite et alléger mon impôt sur le revenu. Je suis prêt à bloquer les sommes investies jusqu'à mes 60 ans et suis dans une tranche d'imposition forte. L'effet de levier du produit sera d'autant plus intéressant que je suis proche de la retraite. J'ai compris que mon argent ne sera pas disponible.

 

Si vous vous reconnaissez dans ce profil, le PERP est fait pour vous. Reste alors à choisir parmi les acteurs du marché en privilégiant celui qui sera le moins gourmand en frais d'entrée et qui sera capable de gérer au mieux les sommes placées selon votre profil de risque.

 

Cet article peut aider l'un de vos amis? Partagez le en un clic!


     Auteur de l'article Thibault DIRINGER

              Conseil auprès de Cabinets en Gestion Patrimoine Indépendants

             Formateur en Banque et Assurance - Master Gestion de patrimoine  



Écrire commentaire

Commentaires : 0