Articles récents, Impôt

Comment défiscaliser?

Tas de pièces à côté d'un billet plié en forme de coeur. Les mots "COMMENT DEFISCALISER" sont écrits en gros au centre.

C’est la question que j’entends le plus souvent : « je paie trop d’impôt, comment défiscaliser? ».  Il existe de nombreuses façons de défiscaliser en France. Je me propose de les lister une par une dans cet article. Il est quasiment impossible de tout recenser mais cet article vous donnera une liste quasi-exhaustive de ce qui existe pour réduire son impôt. Les rares solutions de défiscalisation que je n’évoquerai pas sont réservées à des profils très rares et particulièrement spécifiques. A la fin de la lecture, vous connaîtrez toutes les solutions possibles aujourd’hui pour minorer votre fiscalité.

Il existe quatre manières de défiscaliser.

Afin de procéder par ordre et de bien cerner toutes les niches fiscales, il faut comprendre que la défiscalisation en France peut se faire de quatre manières. Nous allons distinguer les cas suivants :

1) Défiscaliser en remplissant correctement sa déclaration d’impôt : la première étape pour réduire son impôt est de connaître les niches fiscales auxquelles vous avez droit sans rien faire de particulier. Parfois, votre situation familiale vous ouvre droit à une baisse de l’impôt ou à des choix permettant d’optimiser la fiscalité. Il suffit de connaître les stratégies possibles et de les utiliser.

2) La seconde manière de défiscaliser que je vais distinguer concerne des dépenses que vous faites et qui permettent de minorer l’impôt. Je parle ici des opérations courantes que les contribuables font sans que ce soit nécessairement dans le but de réduire l’impôt. Encore une fois, il faudra connaître les dépenses courantes qui ont la particularité d’être aussi source de défiscalisation afin de remplir les cases concernées sur la déclaration.

3) Ensuite, nous parlerons de la défiscalisation pure. Ce sont les stratégies d’investissement où le contribuable recherche une baisse de l’impôt. Si vous cherchez à investir pour défiscaliser, cette catégorie listera les dispositifs existants.

4) Enfin, la défiscalisation passe aussi par le fait de privilégier des placements financiers dont les fruits sont peu ou pas imposés. Un revenu qui n’est pas fiscalisé va nécessairement vous permettre d’éviter une hausse de l’impôt.

1- Comment défiscaliser avec votre situation familiale?

La première étape est de s’assurer qu’on a bien optimisé l’impôt en profitant au mieux des stratégies offertes par notre situation familiale. Je ne parle pas du fait de déclarer les enfants pour réduire les parts que tout le monde connaît, je parle des choix possibles quand vous êtes dans certains cas de figure. 

Défiscaliser l’année du Pacs/mariage.

Le fisc vous permet de choisir entre une déclaration d’impôt commune ou une déclaration séparée l’année du mariage/pacs. Ce choix ne vaut que sur l’année en question; après la déclaration commune sera obligatoire. Il est conseillé d’étudier toutes les situations car selon vos revenus, la déclaration séparée peut-être meilleure, identique ou moins bien que la commune. Certains couples pourront réduire l’impôt de manière importante en choisissant la déclaration séparée une dernière fois alors que d’autres vont défiscaliser en choisissant tout de suite la déclaration commune. Voir : Optimiser l’impôt l’année du pacs/mariage

Baisse de l’impôt pour les concubins avec enfants!

Les concubins font une déclaration séparée obligatoirement. En revanche, ils peuvent choisir où rattacher les enfants. Tout est possible : mettre un enfant chez l’un et l’autre sur la seconde déclaration, opter pour le partage des parts, changer l’année suivante… C’est une source importante de défiscalisation. Les contribuables pensent à tort qu’il suffit de mettre les enfants à charge du conjoint qui a le plus de revenus mais c’est parfois une erreur. Qui plus est, il est aussi possible de déduire une pension pour le concubin qui n’a pas pris les enfants sur sa déclaration. De nombreuses options sont possibles et il convient de les étudier pour défiscaliser au maximum. Voir : Réduire l’impôt pour les concubins avec enfants.

Défiscalisation pour les célibataires vivants seuls.

Cette niche concerne les personnes qui ont des enfants, peu importe l’âge. Les impôts vont permettre aux personnes vivants seules de remplir une case permettant d’avoir plus de parts et donc de réduire l’impôt. Plusieurs conditions sont nécessaires. D’une part, il faut vivre seul (pas de mariage, ni de pacs, ni de concubinage). Si c’est le cas, deux possibilités ouvrent droit à avantage fiscal :
1- vous avez des enfants à charge : vous pouvez alors cocher la case T « parent isolé » pour défiscaliser.
2- vos enfants sont majeurs et sortis de la déclaration : vous pouvez cocher la case L chaque année si vous les avez élevés seul pendant 5 ans. 
Voir : impôt et personne seule

Votre enfant a 18 ans.

Lorsque l’enfant atteint sa majorité, il devient malgré vous une source de défiscalisation. Il faut faire le choix de continuer à le rattacher fiscalement ou de le laisser faire sa propre déclaration d’impôt. Plusieurs variables que nous allons évoquer permettent de réduire la fiscalité selon votre situation. Le détail figure ici : enfant majeur et impôt : comment réduire la note?

2- Comment défiscaliser avec vos dépenses courantes?

Il existe de nombreuses niches fiscales accessibles à chacun. Pour en profiter, il suffit de les connaître mais surtout de remplir la case associée sur votre déclaration d’impôt. Le fisc ne fait pas de cadeau : si vous avez droit à la défiscalisation mais que vous ne remplissez pas la case, vous n’aurez rien. Je me permets de lister rapidement les déductions, les réductions et les crédits d’impôt récurrents. Pour chaque catégorie, vous trouverez un article détaillé sur le sujet dans la rubrique « impôt ». Sachez que si vous avez omis d’en profiter, vous pouvez demander une correction et obtenir un remboursement sur les trois dernières années.

Défiscaliser avec les déductions courantes.

Le fait de déduire une dépense va venir diminue le revenu imposable et minorer un peu l’impôt. Les déductions vont aussi permettre une baisse du revenu fiscal de référence ce qui ira de pair avec d’autres avantages (baisse des impôts fonciers etc…). On retrouve :
1- les salariés ont un abattement automatique de 10% mais peuvent déduire les frais qu’ils paient réellement pour le travail à la place. Il n’y a pas que les frais de voiture/repas, plus de 20 frais réels sont déductibles. Voir tous les frais réels déductibles des salaires.
2- si vous versez une pension à un enfant majeur dans le besoin qui est sorti de la déclaration fiscale, elle est déductible.
3- le fait d’aider un parent dans le besoin est aussi source de défiscalisation.  A l’image du point précédent, la pension est déductible. On retrouve aussi cette niche fiscale sous condition en cas de séparation et de versement d’une pension entre ex-conjoint pour aider les enfants mineurs.
4- souvent oublié… la pension déductible versée à un enfant majeur ou parent n’a pas besoin d’être matérialisée par un transfert d’argent. Le fait que vous hébergiez quelqu’un sous votre toit peut vous permettre de déduire une pension forfaitaire sans jusificatif. Voir règles des pensions déductibles des impôts.

Défiscaliser avec les réductions d’impôts.

La réduction va s’enlever directement de l’impôt donc sera plus efficace que la déduction mais elle ne sera pas restituée si vous êtes non imposable. La plupart sont connues mais malgré tout, plusieurs contribuables omettent de remplir les cases et passent à côté.
1- si vous faites des dons à une association ou un parti politique, vous aurez jusqu’à 66% ou 75% défiscalisé. Voir dons et réductions d’impôts : toutes les régles.
2- les bénévoles d’une association/club sportif/artisitique etc…. qui font des trajets sans en demander le remboursement peuvent prétendre à la réduction d’impôt pour don. Une astuce souvent oubliée.
3- les personnes en maison de retraite Ehpad bénéficient d’une réduction d’impôt de 25% des dépenses engagées en remplissant la case 7CD.
4- les enfants permettent de défiscaliser via une augmentation du nombre de parts. Sachez qu’ils vous donnent aussi droit à une réduction pour frais de scolarité à partir du moment où ils sont au collège/lycée/études supérieures. Voir : Réduction pour frais de scolarité : quelle case remplir?.

Défiscaliser avec les crédits d’impôts.

Les crédits d’impôts se retranchent aussi directement de l’impôt et sont restitués si la fiscalité arrive à 0 €. Ils ne sont jamais perdus. Les plus fréquents à connaître pour remplir la case associée sont :
1- l’emploi d’une personne à domicile pour faire du ménage, jardinage etc… permet de défiscaliser 50% du montant payé. Voir : emploi à domicile et crédit d’impôt.
2- les cotisations syndicales permettent d’avoir un crédit d’impôt de 66% Attention, il faut remplir la case 7AC uniquement si vous n’avez pas opté pour les frais réels. L’option pour la déduction des frais réels implique d’y mettre les cotisations syndicales qui se transforment alors en déduction au lieu d’un crédit d’impôt.
3- faire des travaux dans sa résidence principale est une stratégie de défiscalisation. Les travaux respectant les normes environnementales RGE ainsi que les travaux nécessaires pour rendre le logement accessible aux handicapés peuvent ouvrir droit à crédit d’impôt sous conditions.
4- le fait de faire garder des enfants de moins de 6 ans par une nourrice ou une crèche permet de récupérer 50% des dépenses engagées en crédit d’impôt. Voir : crédit d’impôt pour frais de garde.

Comme je vous l’avais annoncé, les stratégies de défiscalisation évoquées jusqu’ici relèvent plutôt du bon sens et le contribuable n’a pas vraiment le choix. Soit il se trouve qu’il est dans la situation donnée et il profite de la baisse de l’impôt, soit il passe à côté. Nous allons maintenant voir les défiscalisations « actives » ou c’est l’investisseur qui va venir choisir sa défiscalisation.

3- Comment investir pour défiscaliser? Plusieurs solutions possibles.

Placer son argent dans le but de diminuer l’impôt est possible mais il existe de nombreuses solutions. Chacun va devoir étudier le dispositif dans lequel il souhaite se lancer pour défiscaliser en prenant soin de vérifier que le produit financier répond bien à tous ses objectifs et besoins patrimoniaux.

Investir dans l’immobilier.

Le fait d’acheter un bien pour le louer est synonyme de nouveaux revenus (loyers) ce qui va de pair avec une hausse de la fiscalité. Malgré tout, deux solutions permettent parfois de défiscaliser juste en achetant un bien sans dispositif particulier :

  • acheter un bien pour y faire de gros travaux avant de louer vide : la déduction des travaux peut faire disparaître l’imposition engendrée par les loyers et même réduire l’impôt global en cas de déficit foncier. Voir : impôt et déficit foncier en location vide.
  • louer un bien meublé vous donne la possibilité d’opter pour le régime réel afin de déduire les charges et d’amortir le bien. Dans certains cas, on arrive alors à une non-imposition des loyers à long terme. L’impôt ne bouge pas car le déficit n’est pas utilisé en meublé mais on a bien défiscalisé car on se procure des nouveaux revenus qui ne sont pas imposés. Voir : impôt et location meublée.

Défiscaliser avec la loi PINEL.

Le dispositif Pinel vous permet d’investir dans un bien immobilier pour le louer et de bénéficier d’une réduction d’impôt de 2% du prix d’achat pendant 9 ans (puis 1% jusqu’à 12 ans). Par exemple, si vous achetez un bien 200 000 €, vous aurez une réduction d’impôt de 4 000 € par an. Attention : la défiscalisation est attractive mais il faudra respecter de nombreuses conditions (emplacement du bien, encadrement des loyers, locataire modeste etc….). Qui plus est, cela va vous procurer des revenus fonciers qui vont faire augmenter votre fiscalité. De fait, le Pinel n’est pas uniquement un placement défiscalisant; c’est faux de dire qu’il va faire baisser l’impôt car vos nouveaux loyers vont engendrer de la fiscalité et réduire voir compenser la réduction Pinel. En revanche, on peut parler d’un placement qui va diminuer votre fiscalité globale par rapport à vos revenus. Les emplacements éligibles Pinel sont vastes et de nombreux français partent sur ce dispositif. Sachez que les dispositifs Scellier, Duflot, etc.. n’existent plus et étaient simplement les équivalents de la loi Pinel dans le passé. Voir Première déclarations Pinel : comment optimiser?

Défiscaliser avec le PERP pour préparer la retraite.

Vous pouvez ouvrir un PERP et y placer de l’argent. Les fonds seront bloqués jusqu’à la retraite où ils seront alors versés sous forme de rente ou capital. Les sommes placées sont déductibles des impôts. On est sur une défiscalisation qui dépend de votre tranche fiscale car c’est une déduction (ce n’est pas parce que vous versez 1 000 € sur le PERP que votre impôt va diminuer de 1 000 €). Ce placement est réservé à certains profils (proche de la retraite et tranche fiscale haute). Je l’ai détaillé ici : Comment fonctionne le PERP?

Placer son capital dans une entreprise.

Le fisc autorise une réduction d’impôt de 18% par an si vous investissez dans une entreprise. Il faut respecter plusieurs conditions concernant la taille de l’entreprise, le blocage des sommes (5 ans), le montant placé (maximum 50 000 € pour les célibataires et 100 000 € pour les couples) etc…

Défiscaliser en souscrivant aux FCPI et FIP.

Vous pouvez ouvrir un Fonds d’investissement de proximité (FIP) ou un Fonds commun de placement innovant (FCPI) avec votre banquier. Le principe est le même que précédemment. Vous prêtez votre argent à un panier d’entreprises ce qui vous permet d’avoir une réduction de 18% du montant investi. Ici, les entreprises sont déjà sélectionnées et le professionnel gère le placement pour vous. Les conditions pour avoir droit à la réduction sont remplies; de fait les sommes sont bloquées de 5 à 8 ans. L’objectif est d’aider au financement et au développement de nouvelles sociétés ce qui fait que cet investissement est risqué (risque de perte en capital mais possibilité d’un gain important).

Réduire l’impôt via un investissement immobilier Malraux.

La Loi Malraux nécessite d’investir dans un bien immobilier afin de le rénover pour le louer. On parle ici de travaux conséquents car la carotte fiscale nécessite de rénover entièrement un bien situé dans des zones ciblées (site patrimonial, quartiers anciens dégradés…) souvent au cœur des centres villes. Ces opérations sont réservées à des profils d’investisseurs ayant un impôt et un patrimoine conséquent. Avec la Loi Malraux, vous pourrez avoir une réduction d’impôt de 30% sur les travaux effectués dans la limite de 400 000 € de travaux sur 4 ans.

Défiscaliser avec le Censi-Bouvard.

Toujours dans l’immobilier, le dispositif Censi-Bouvard permet aussi de réduire l’imposition. Ici, on parle de location meublée (à l’inverse du Pinel où il faut louer le bien vide) avec une réduction d’impôt de 11% sur le prix d’achat du bien et une exonération de TVA. En contrepartie, le logement doit se situer dans des structures particulières : résidence de tourisme, maison de soins, maison de retraite, résidence étudiante…. Une fois encore, les professionnels vous proposeront des biens immobiliers éligibles à la défiscalisation Censi-Bouvard mais il faudra les louer meublés et ils seront placés dans des résidences de vacances, des Ehpad etc… pour respecter la structure dans laquelle doit être le bien.

Autres dispositifs fiscaux : Sofica, Girardin …

J’ai cité les principaux investissements défiscalisant possibles. Il en reste plusieurs et je me permets de les lister si vous souhaitez vous renseigner sur chacun. N’hésitez pas à en ajouter en commentaire et je mettrai à jour l’article pour être totalement complet :

  • La réduction d’impôt SOFICA : investissement bloqué dans l’industrie cinématographique.
  • Investissement GIRARDIN  : défiscaliser en achetant un bien dans les DOM-TOM.
  • La déduction Madelin pour la retraite des professionnels.

4- Défiscaliser en privilégiant les placements moins gourmands.

Pour terminer, la baisse de la pression fiscale passe aussi par le choix de vos supports d’investissement. Si vous multipliez les placements financiers très fiscalisés, nul doute que l’impôt va décupler à terme. Sans m’étendre, je pense qu’il est indispensable de connaître au moins le PEA et l’assurance-vie si vous êtes à la recherche de défiscalisation.

Assurance-vie

L’assurance-vie vous donne accès à de nombreux supports d’investissement. Vous pouvez placer votre argent sur le produit et le récupérer quand vous le souhaitez. La défiscalisation va apparaître au moment du rachat. Les plus-values que vous aurez réalisées sont imposées selon un régime très attractif. D’une part, vous avez plusieurs choix d’imposition (selon votre tranche fiscal, selon le prélèvement libératoire ou le prélèvement forfaitaire unique). D’autre part, vous bénéficiez d’un abattement de 4600 € (9200 € pour les couples) avant impôt si vous retirez après 8 ans. En étudiant la fiscalité afin de l’optimiser avant chaque rachat, l’impôt sur vos revenus issus de l’assurance-vie restera très modeste. Voir :  fiscalité des revenus de l’assurance-vie.

Privilégier le PEA au lieu du Compte-titres.

Si vous souhaitez investir en bourse et acheter des obligations, actions, SICAV, FCP… le PEA peut-être une source de défiscalisation énorme à moyen-terme. Le placement permet tout simplement d’être exonéré totalement d’impôt sur vos revenus et plus-values réalisés en bourse. Il faut respecter plusieurs conditions : placement conservé 5 ans, titres éligibles restreints etc… Pour autant, les conditions ne sont pas si contraignantes que ça avec un gain fiscal qui peut-être énorme une fois les 5 années écoulées. Voir : Compte-titres ou PEA : faites le bon choix!

2 Commentaires
  1. Bonjour,

    Attention, en début de page on peut lire ‘une baise de l’impôt’ … Un lapsus ?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Merci Eric,
      Sacré lapsus, j’ai presque envie de le laisser 🙂 Mais bon, il est corrigé afin de ne choquer personne! Merci.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.