Articles récents, Impôt, Impôt 2020

Crédit d’impôt de 30% pour abonnement à la presse ou aux journaux.

Le gouvernement prévoit la création d’un nouveau crédit d’impôt à partir de l’an prochain jusqu’en 2022. Les contribuables qui s’abonnent à des journaux ou un service de presse bénéficieront de cette niche fiscale. On fait les points sur les conditions qui sont très restrictives.

Pourquoi un crédit d’impôt pour abonnement à la presse?

Cette nouvelle niche fiscale fait suite à la crise sanitaire qui a impacté la presse écrite au niveau financier. Ce secteur est en baisse depuis quelques temps et le crédit d’impôt est censé privilégier les ménages les plus modestes. Ces derniers auront une restitution suite à l’abonnement à leur premier service de presse.

Combien d’impôt en moins pour la souscription à un journal?

Le crédit d’impôt était de… 50 € maximum par foyer fiscal! Finalement, le projet de loi a changé cette mention et abandonné ce plafond. L’avantage fiscal sera de 30% du prix du premier abonnement à un service de presse.

Exemple

Mr Corrigetonimpot s’abonne à un service de presse annuel pour 100 €. Il aura un crédit d’impôt de 30% soit 30 €.

La bonne nouvelle est que c’est un crédit d’impôt et non pas une réduction d’impôt. Cela signifie que la niche fiscale n’est jamais perdue. Si vous n’avez pas d’impôt pour l’utiliser, le fisc vous la rendra via un chèque ou un virement. En plus du plafond restrictif, il y’aura une seconde condition à respecter.

La niche fiscale pour presse écrite n’est pas pour tout le monde.

L’objectif de départ étant de permettre aux ménages modestes de continuer à s’informer, le crédit d’impôt était aussi soumis à une condition de ressource. Si le revenu fiscal de référence dépassait 10 000 € pour une part majorée de 2 500 € par demi part supplémentaire, vous ne pouviezpas y prétendre! Finalement, le projet de loi a abandonné cette proposition; tout le monde peut en bénéficier.

Quels seront les journaux concernés par la réduction?

Le texte prévoit aujourd’hui d’inclure plusieurs médias. Je suis obligé de me baser sur le projet de loi et on aura surement plus de précisions à l’avenir. On apprend que c’est calculé sur le premier abonnement à un journal (la niche fiscale ne serait versée qu’une fois à moins d’en changer). Il faut que le papier « présente le caractère de presse d’information politique et générale« . A priori, seront concernés les presses en ligne et les journaux. La notion d’abonnement est importante et le texte prévoit que le crédit d’impôt concernera ceux annuels et trimestriels.

Je mettrai l’article à jour en fin d’année quand on aura le détail avec le vote de la loi de finance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

7 Commentaires
  1. TAO

    Si je comprends bien ce crédit d’impôts n’est valable que pour des nouveaux abonnés ?
    Si on est abonné depuis plusieurs années ça ne fonctionne pas !

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Il va falloir attendre fin décembre pour avoir le détail; je préfère ne pas m’avancer maintenant c’est un peu tôt.
      Cordialement.

  2. Charles NADJAR

    Bonjour,

    Est-ce que l’abonnement linkedin premium peut-il en faire partie ?

    Merci pour votre réponse.

    Bien cordialement,

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      On n’a pas encore la précision dans les textes malheureusement. J’ai un peu de doute car je ne pense pas que linkedin soit reconnu dans les journaux ou presse éligibles mais j’espère me tromper.
      Cordialement.

  3. Anonyme

    Le crédit d’impôt ne sera plus limité à 50€ et non soumis à condition de ressources…

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Merci pour l’information, je vérifie ça rapidement et mets à jour si besoin.
      Cordialement.

  4. BAFELTOV

    Complètement aberrant, limitée en montant et en bénéficiaires. Autant ne pas la créer.

    Cette niche fiscale va rejoindre bien d’autres dans le rayon des « inutiles » et « inefficaces » alors même que Darmanin fustigeait les trop nombreuses niches fiscales sans intérêts en début de quinquennat.