Impôt à la source

Impôt à la source et revenus fonciers : pourquoi faut-il optimiser la déclaration 2044 des revenus 2018?

Avec l’impôt à la source, les revenus fonciers des locations vides perçus en 2018 ne vont pas engendrer d’impôt. De fait, beaucoup de lecteurs me demandent s’il sera quand même nécessaire de déduire les charges et de remplir une déclaration des revenus fonciers 2044. Je vous donne les cinq raisons qui font que je vous conseille vivement d’optimiser les déductions foncières 2018 malgré le fait que ça n’impacte pas l’impôt à première vue.

Rappel : l’impôt engendré par les loyers sera annulé via la déclaration 2019 sur les revenus fonciers 2018.

La fameuse année blanche va concerner les revenus locatifs vides. De fait, les loyers perçus en 2018 ne vont pas donner lieu à de l’impôt. Comme nous l’avons vu dans plusieurs articles sur le sujet (voir la rubrique « année blanche » du site), l’impôt sera annulé par le CIMR (crédit d’impôt pour modernisation du recouvrement).

Exemple :
Mr Corrigetonimpôt a 50 000 € de loyers et 30 000 € de charges déductibles en 2018. Il doit faire sa déclaration d’impôt en mai 2019 sur les revenus 2018 :
– Soit il fait ça rapidement et il choisit de ne pas déclarer les charges afin de ne pas perdre de temps à chercher des factures. Il déclare 50 000 € de loyers ce qui donne un impôt de 17 000 €. Cet impôt est annulé via le CIMR et passe à 0 €.
– Soit il prend le temps de bien déclarer toutes les charges déductibles. Cela donne un impôt de 4 600 €. Cet impôt est annulé via le CIMR et passe à 0 €.

L’exemple est assez parlant. A priori, quelle que soit la situation, les charges déductibles des loyers n’ont pas d’impact sur la fiscalité car elle est annulée. Pour autant, je vous conseille vivement de continuer à les déclarer et donc de garder vos factures 2018. Il y’a cinq raisons qui font que tout le monde a intérêt à déclarer charges déductibles et à les optimiser.

1) Il faut déclarer les charges déductibles sur la 2044 de 2018 pour faire baisser l’impôt engendré par les revenus exceptionnels.

La première bonne raison de déclarer les loyers concerne ceux qui ont des revenus exceptionnels en 2018. En effet, le fisc va annuler l’impôt provenant des salaires (ou retraites/pôle emploi) et des loyers en 2018 mais c’est tout ! Tous les autres revenus vont créer de l’impôt : revenus des placements bancaires (dividendes, plus-value etc…), prime de licenciement, intéressements etc…  Le gouvernement précise même que « tout revenu qui n’est pas susceptible d’être recueilli annuellement » sera imposé. Il est donc tout à fait possible de payer de l’impôt sur les revenus 2018 si vous percevez des revenus hors salaires/loyers qui sont appelés « revenus exceptionnels » et ne bénéficient pas de l’année blanche. 
Vous l’avez deviné, en déclarant les charges déductibles de vos loyers, l’impôt engendré par ces revenus exceptionnels va diminuer. Le mode de calcul spécifique à cette année fait qu’il vaut mieux avoir un total imposable faible (ce qui est possible en déclarant beaucoup de charges) pour ne pas payer trop d’impôt sur les revenus exceptionnels. 

2) Le fait de déclarer les charges déductibles de 2018 va réduire le revenu fiscal de référence!

Pour comprendre la seconde raison, il faut maîtriser la notion de « revenu fiscal de référence » (RFR). Ce chiffre figure sur votre avis d’imposition mais ne sert pas à calculer l’impôt. Il va servir à déterminer si vous avez droit à des aides sociales. Concrètement, plus le revenu fiscal est faible, plus vous avez de chances d’avoir des abattements ou des aides. Je peux lister rapidement les plus connus :
– A partir de 2018, l’exonération de la taxe d’habitation concerne ceux qui ont un revenu fiscal de référence inférieur à certains seuils.
– Les aides sociales (APL, Bourse, Aides de la CAF etc…) dépendent du RFR. Plus il est bas, plus les aides sont importantes.
– Le montant des impôts fonciers dépend du RFR qui permet certains abattements.
– Etc….

Il est donc très intéressant de tout mettre en œuvre chaque année pour diminuer son revenu fiscal de référence. Il se trouve que le fait de déclarer les charges déductibles permet de minorer le RFR. Autrement dit, même si les loyers imposables n’ont aucun impact sur l’impôt 2018, ils vont permettre de diminuer votre revenu fiscal de référence 2018 ce qui sera très bénéfique à d’autres niveaux.

Exemple :
Mr Corrigetonimpôt a 31 000 € de revenus fonciers perçus en 2018 et 4 000 € de charges déductibles.
– S’il ne déclare pas les charges, son RFR sera de l’ordre de 27 900 €.
– S’il déclare les charges, son RFR sera de l’ordre de 27 000 €.
Rien ne change pour son impôt. Cependant, il se trouver que le seuil pour être exonéré de taxe d’habitation depuis la réforme Macron est de 27 000 € de RFR pour un célibataire. En déclarant les charges déductibles, Mr devient éligible et paiera moins de taxe d’habitation.

Même si vous n’en voyez pas l’impact, le fait de faire diminuer son revenu fiscal de référence est toujours synonyme d’augmentation de votre pouvoir d’achat. 

3) Déclarer les charges déductibles sur la 2044 va permettre de faire baisser le taux du prélèvement à la source de l’impôt 2020.

Cette raison est importante si vous souhaitez éviter de donner trop d’argent à l’Etat. A partir de 2019, on vous prendra l’impôt à la source sur vos salaires. L’Etat va donc devoir déterminer un taux de prélèvement à la source. Figurez-vous que par défaut, le pourcentage pris sur vos salaires dépendra de l’impôt de l’année passée ! Autrement dit, plus votre impôt sur les revenus 2018 (qui sera annulé mais calculé malgré tout) est haut, plus le taux qu’on vous prendra à la source sur vos salaires en 2020 le sera aussi. En déclarant les charges déductibles payées en 2018 sur la déclaration de mai 2019, vous ferez baisser l’impôt sur les revenus de 2018. Cela n’a pas d’importance au niveau de la fiscalité puisqu’elle sera annulée ; cela a de l’importance pour le prélèvement à la source de 2020 car il sera moins élevé ! Un simple exemple permettra de démontrer le raisonnement.

Exemple :
Mr Corrigetonimpôt perçoit 2 000 € par mois de loyers en 2018 soit 24 000 € à l’année. Il a aussi payé 4 000 € de travaux.

Cas 1 : Mr ne déclare pas les travaux de 2018 lors de la déclaration réalisée en mai 2019.
Son impôt sera de 1 651 €. Il sera annulé puisque c’est l’année blanche. En revanche, le taux prélevé à la source sur les salaires de Mr sera recalculé à réception de ce nouvel avis d’imposition. Il sera de 1 651 / 24 000 soit 6.9%. Chaque mois, le fisc prendra 6.9% * 2 000 soit 138 € à Mr sur l’année à venir.

 Cas 2 : Mr déclare les charges déductibles malgré le fait que l’année soit blanche.
Son impôt sur les revenus 2018 sera de 1 228 € qui sera annulé. Le taux prélevé à la source sur les salaires sera recalculé et sera de « 1228 / 24 000 » soit 5.1%. Mr paiera donc 2 000 * 5.1% = 102 € par mois.
En déclarant les travaux lors de l’année blanche, Mr s’assure d’avoir un impôt prélevé à la source de 102 € par mois plutôt que de 138 € par mois pendant un an. On parle ici du taux à la source pris de fin 2019 à fin 2020.

C’est un énorme argument. Vous évitez de subir un trop gros prélèvement sur vos revenus pendant une année entière. Le gain en trésorerie est très important. Que l’on soit bien clair, vous y gagnez juste en trésorerie mais ce n’est pas une baisse de l’impôt. Le prélèvement à la source de 2020 va baisser mais une régularisation aura lieu en septembre 2021 puisque le fisc va réguler la situation selon vos revenus 2020. 

Suite de l’exemple :
En mai 2021, Mr va déclarer ses revenus perçus en 2020. L’avis d’imposition reçu en septembre indique un impôt de 1 500 € à payer.
– Si Mr n’avait pas déclaré les charges déductibles de l’année blanche 2018, il aurait payé 138 € à la source chaque mois de 2020. En septembre, il aura donc payé 138 * 10 = 1 380 €. Comme l’impôt est de 1 500 €, le fisc lui demande les 120 € restants.
– Si Mr avait déclaré les travaux l’année blanche, il aurait payé 102 € chaque mois de 2020. En septembre, il a donc payé 102 * 10 = 1 020 €. Le fisc lui demande les 480 € restants.

On peut faire en sorte de donner un minimum de trésorerie au fisc en diminuant le taux pris à la source via une déclaration correcte des revenus fonciers en mai 2019.

4) Important : il faut optimiser la déclaration 2044 en cas de déficit foncier !

En présence de déficit foncier, il devient primordial de n’oublier aucune charge sur la déclaration 2044 malgré le fait que l’impôt soit annulé. Que le déficit vienne de l’année en cours ou provienne des années passées, vous serez gagnant en déduisant un maximum de choses sur 2018. Deux exemples simples permettent de voir l’économie fiscale à long terme.

a- Déclarer les charges permet d’optimiser le déficit foncier de l’année en cours.

Exemple :
Mr Corrigetonimpôt a perçu 1 000 € de loyers en 2018 et a fait 1 000 € de travaux. Il a aussi payé 2 000 € de taxe foncière et 6 000 € d’intérêts d’emprunts.
Si Mr décide ne déclarer seulement les loyers, il ne paie pas d’impôt via l’année blanche.
Si Mr fait l’effort de déduire les charges, il gagnera en plus :
– Les 2 000 € de taxe foncière s’imputent sur les autres revenus (les 1 000 €de travaux ayant ramené le loyer imposable à 0€). Cela permettra de réduire l’impôt 2018 si Mr a des revenus exceptionnels par ailleurs. A défaut, ça ne sert à rien.
– Les 6 000 € d’intérêts d’emprunts n’ont pas le droit de s’imputer sur les autres revenus. Ils sont provisionnés. C’est une excellente nouvelle pour Mr. Il aura 6 000 € de déficit provisionné pour les années suivantes ce qui lui permettra d’économiser 17.2% de prélèvements sociaux + sa tranche d’imposition sur les loyers futurs.

Nul doute qu’il est donc essentiel de déclarer les charges en 2019 dans l’espoir de ne pas passer à côté d’un déficit reportable.

b- Hypothèse : déclarer les charges déductibles pourrait éviter l’utilisation inutile du déficit foncier antérieur.

Cette question très intéressante me revient souvent. Aujourd’hui, je n’ai pas de réponse malgré la publication des textes. L’interrogation est la suivante : « si j’ai un déficit provisionné et un revenu foncier positif en 2018, mon déficit va-t-il s’imputer sur le foncier de manière inutile ? ». Une question essentielle que je peux illustrer par un exemple simple.

Exemple :
Mr Corrigetonimpôt a provisionné un déficit reportable de 9 000 € en 2017 ou avant. Lors de la déclaration 2019 sur les revenus 2018, il a 8 000 € de loyers et 3 000 € de charges déductibles donc son revenu foncier imposable est de 5 000 €.
– Si le déficit ne s’impute pas, les loyers imposés restent à 5 000 €. Cela engendre de la fiscalité qui sera annulée via le CIMR.
– Si le déficit s’impute, les loyers imposés passent à 0 €. Pas d’impôt.

Dans les deux situations, l’impôt est de 0 €. En revanche, dans la première Mr Corrigetonimpôt a utilisé 5 000 € de déficit reportable donc il ne lui en reste que 4 000 €. Autant dire que la seconde situation est largement préférable.

J’écris ce paragraphe juste après la publication des textes sur le sujet et aujourd’hui, je ne vois rien qui indique une dérogation spécifique à ce niveau. Cela me laisse penser que les gens dans cette situation vont devoir utiliser leur déficit provisionné de manière inutile. J’espère que ce sera remis en cause mais dans le doute, je vous conseille de déduire un maximum de charges pour minimiser l’impact.

Si je reprends mon exemple, Mr Corrigetonimpôt a intérêt à déclarer les charges sur la 2044 car on ne lui prendra alors « que » 5 000 € de déficit antérieur. S’il déclare juste les loyers de 8 000 €, le fisc imputera 8 000 € de déficit automatiquement. 

5) Les travaux doivent absolument être déduits des revenus immobiliers car cela permettra une nouvelle déduction de 50% l’année suivante.

Le fisc a prévu un régime spécifique pour les travaux effectués en 2018. Ceux-ci seront imputés de manière particulière ce qui laisse la place à des stratégies d’optimisation. Les travaux déduits en 2018 pourront à nouveau être déduits l’année suivante à hauteur de 50%. Autrement dit, si vous déduisez 5 000 € de travaux via la déclaration des revenus 2018, vous aurez une déduction « offerte » de 2 500 € sur la déclaration de l’année suivante. Nul doute que ce report de 50% sera possible si et seulement si vous avez déduits vos travaux durant l’année blanche. Vous trouverez plus de détails sur ce sujet compliqué ici : travaux et impôt à la source : comment avoir une super déduction ?.
Enfin, de nouvelles cases apparaissent sur la déclaration des revenus fonciers pour bénéficier de l’impôt annulé : Comment remplir la 2044 spécifique à l’année 2019?


Vous louez un bien vide (Pinel ou non)? Afin d’optimiser vos déclarations d’impôts, prenez le temps de vous renseigner sur les déclarations d’impôts! L’important est surtout de les remplir correctement pour minorer la fiscalité! Pour vous aider, j’ai créé un guide qui vous accompagnera pas à pas et vous donnera toutes les astuces fiscales à connaître pour optimiser vos déclarations d‘impôts. Découvrez les bonnes questions à se poser : faut-il intégrer les charges dans la réduction d’impôt ou les déduire du foncier ou les conserver pour la plus-value? Comment corriger si j’ai oublié de déclarer le prêt/travaux l’année du déblocage? où trouver les cases sur la déclaration en ligne, que peut-on y déduire ect…? Comment optimiser l’impôt à la source et l’année blanche avec mon bien locatif? Des réflexes à avoir au moment de la déclaration d’impôt qui permettront plusieurs centaines d’euros d’économie.

34 Commentaires
  1. Merci pour cet article encore une fois très intéressant !
    Je me posais également la question liée à l’année blanche de l’opportunité de décaler son déficit foncier reportable / provisionné sur la déclaration de 2020 afin de ne pas le « perdre » dans le cadre
    de l’année blanche ?

  2. Corrige ton impôt

    Bonjour,
    Nous sommes beaucoup à se la poser… déclarer le déficit sera obligatoire, on ne peut pas « volontairement » l’enlever. La question reste donc de savoir comment le fisc va traiter ça. Je ne serai pas
    surpris qu’ils pénalisent les contribuables en l’utilisant inutilement…
    Cordialement.

  3. Merci pour ces précisions qui nous aident à comprendre les rouages de l année blanche et ce qui suit après.

  4. Bonjour,
    Avant tout, bravo pour la qualité rédactionnelle des différents articles, enfin un site qui ne ressemble à aucun autre. La plupart des autres sites ne faisant qu’agréger via copié-collé, des textes officiels existants, sans en démontrer l’application et l’impact au travers de véritables exemples concrets autres que les cas classiques et ceux présentés dans les textes officiels, et donc sans pertinence ni valeur ajoutée. Au travers de ce Blog M. Thibault DIRINGER, démontre ses réelles capacités et qualités pédagogiques et rédactionnelles. Ces écrits démontre qu’il analyse et approfondit personnellement les différents sujets. Voilà pourquoi je dis Bravo.

  5. Chapitre 4/
    En sait-on plus sur le devenir, du Déficit foncier provisionné (année antérieure à 2018), sur l’exercice fiscal 2018 avec revenu fonciers positifs et sans revenus exceptionnels, Qui sera déclaré en juin 2019. Droit de choisir à ne pas l’utiliser du tout, pour cette année non imposable ? ??? et possibilité de le reporter sur l’exercice 2019 ?? ou non ? ( = utilisation obligatoire sur année sans impôts)… et donc entièrement perdu ?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      C’est toujours sans nouvelles ce qui me laisse penser que ce sera utilisé pour rien à perte… et qu’il ne sera pas possible de faire autrement.
      Cordialement.

  6. Merci d’avoir pris le temps de rédiger cela.

  7. Bonjour,

    Dans ce chapitre 4-a (et dans le guide également), vous précisez à plusieurs reprises « Les intérêts d’emprunts n’ont pas le droit de s’imputer sur les autres revenus. Ils sont provisionnés. ».
    Dans mon cas (Emprunts depuis 03/2017 livraison VEFA 07/2018, loyers depuis 08/2018) voici ‘arrondi’ ce que j’ai déclaré:
    – recettes loyers 3000
    – travaux 3500
    – charges 1000
    – intérêts 2017 (provisionnés l’an dernier) 1500
    – intérêts 2018 1800
    Du coup mauvaise surprise à l’arrivée, les impôts me calculent un déficit global imputé directement sur les salaires de (3000- 3500-1000-1500-1800)=-4800€. Pas de déficit provisionné même pour les intérêts !
    Selon l’ordre d’utilisation des déficits j’aurais pu m’attendre à garder entre 300 et 3300€ de provisionnables issus des intérêts !

    Pouvez vous me confirmer la règle de départ et me dire s’il y a un moyen d’agir sur la déclaration ou les impots pour la faire respecter. Sinon cette année blanche est vraiment pire que la double peine pour débuter en Pinel …

    Merci d’avance

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Les intérêts déclarés cette année s’imputent en premier malheureusement (donc perdus). Cela fait 3000 – 1800. Ensuite, les charges s’imputent (travaux, charges). On arrive alors à un déficit. Jusque là, je suis ok avec vous, ce n’est pas bon fiscalement mais impossible d’y couper.
      En revanche, les 1 500 de déficits provisionnés n’ont pas à s’imputer ici. Un déficit s’impute seulement sur un revenu locatif positif ce qui n’est pas le cas. Les 1 500 doivent rester en déficit provisionné.
      Cordialement.

  8. Bonsoir
    Merci beaucoup pour vos réponses toujours claires et pertinentes.
    Du coup ma question subsidiaire va être: y a t’il un moyen dans la déclaration d’empêcher que soit dépensés cette année les 1500 de déficit liés aux intérêts 2017 ? Ces infos me semblent automatiquement reprises de l’année précédente ?
    Cordialement

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Normalement, en remplissant la déclaration les 1500 resteront provisionnés.
      Cordialement.

      • Bonjour
        Je m’aperçois que je n’avais pas précisé le point de départ: tout le constat que j’ai décrit là découle du remplissage de mes déclarations 2042/2042C/2044/2044EB faites il y a 2 jours, non de simulations. Mon but était aussi d’alerter sur cet écart au texte initial.
        Du coup je confirme que… les 1500 de 2017 sont d’office utilisés et dégrevés des salaires au lieu de rester provisionnés. Je signalerai cette anomalie dans ma déclaration.
        Merci encore

        • Pour conclure, vu avec le service des impôts, c’est l’interprétation du bilan suite à déclaration qui induit en erreur. En fait ces 1500 apparaissent dans une ligne comme s’ils allaient être utilisés cette année alors que d’après eux ils restent bien provisionnés pour les années suivantes.
          Par contre un point d’attention pour les travaux en 2018, mieux vaut s’attendre à une déclaration/report manuel en 2020 pour les 50%. A bien garder en tous cas.
          Merci encore

  9. Bonsoir ,
    Dans les recette nous avons:
    -provisions sur charges:2000€
    -provisions sur impôt fonciers:200€
    – Solde de la taxe foncière 2017:133,50€ dépenses mise à la charge du locataire par convention.

    Doit on considérer le solde de la taxe foncière 2017 comme recette exceptionnelle dans ce cas.

  10. Bonjour,
    Très bonne publication, on y trouve avec le moteur de recherche toutes solutions à de nombreuse incertitudes
    engendrées par cette année blanche (mais pas pour tous les revenus du foyer).
    Donc faire figurer tous les déficits et charges possibles qui permettent de les imputer sur les revenus exceptionnels de l’ année est important.
    Merci à l’auteur.

  11. bonjour
    j’ai rempli une 2044 spéciale en 2018 (prêt immo oct 2015 et loué en pinel mai 2018), mais je n’ai pas déclaré les 2500 euros d’intérêt d’emprunts. Puis je les intégrer dans ma 2044 spéciale de cette année, à la case 651, montant total des déficits antérieurs non encore imputés pour l’année 2017? Ou alors faut il corriger la 2044 spéciale de 2017?
    merci par avance

  12. Bonjour,

    Je vais pour la première fois établir une déclaration 2044 (achat appartement locatif en 2018).

    Est-ce que le revenu foncier 2018 est considéré comme exceptionnel ou non exceptionnel ?

    Merci

    Cordialement

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      C’est un revenu exonéré; par contre le fisc pourra réclamer l’impôt si la location ne perdure pas dans le temps.

  13. Bonjour,
    Dans le cas évoqué ci-dessus où l’on dispose d’un report de déficit foncier accumulé avant 2018 et où on a un bénéfice foncier en 2018, je n’arrive pas à voir de quel texte découlerait l’obligation d’imputer ce report de déficit foncier aux revenus fonciers de 2018. En effet, un contribuable devait pouvoir, par le passé (donc avant le passage au prélèvement à la source), décider ne de pas imputer son stock de déficit foncier. Cela n’avait aucun intérêt, mais il en avait la faculté, non? Pourquoi n’aurait-il pas cette faculté pour 2018 où il y a véritablement un intérêt à ne pas prélever dans ce report, afin de l’imputer aux revenus fonciers des années suivantes (2019 et après), réellement imposés? Est-ce dans le CGI ou un BOI?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Non malheureusement c’est l’inverse. Le contribuable n’avait pas le choix et il ne l’a pas non plus cette année.

  14. PELTIER PHILIPPE

    Bonjour et merci pour toutes ces précisions,
    Dans le cas d’un déficit foncier en 2018 du à des travaux (cuisine) , Ce déficit vient diminuer le revenu global 2018.
    Est-ce que, dans certains cas, le fait de déclarer des travaux en 2018 n’annule pas en grande partie l’avantage PINEL de 2018 ? La restitution au titre de l’année 2018 sera diminuée et on ne profitera pas pleinement de l’avantage PINEL ?
    N’est-il pas, dans ce cas là, préférable de passer en micro foncier et d’ajouter les travaux à l’invest PINEL ?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      C’est une problématique évoquée dans mes guides et sur l’article concernant la cuisine figurant dans la rubrique immobilier.
      Cordialement.

  15. Bonjour,
    j’ai un deficit des année antérieur de 11375 euros que je souhaite utiliser pour diminuer mon revenu global. Mais en faisant les simulations, si je ne déduit pas ce deficit cette année, je bénéficie du CIMR qui me fait baisser mon impôt à 104euros et par contre si je le déduit, mon revenu global baisse mais je ne bénéficie plus du CIMR et mon impôt monte à 492 euros, quel choix faire ? L’utilisation de ce déficit n’est-il pas interpréter comme revenu exceptionnel ?
    Merci de vos réponses

  16. NOELLE CHAMOUSSET

    Bravo pour votre site très clair sur tous les domaines.
    Nous avons aussi ce problème de déficit antérieur de 18.268 € du à des travaux.
    Notre revenu foncier 2018 est de 11.132 €.
    Je trouve que pénaliser les investisseurs en leur diminuant leur déficit antérieur reportable est injuste.
    L’égalité devant l’impôt n’est pas respectée. Ceux qui ont un revenu foncier, voit leur revenu annulé, et ceux qui ont un report de déficit le voit englouti pour rien. Quelles actions, recours, peut-on envisager ?

  17. Bonjour
    Merci pour toutes ces explications. Je souhaiterais savoir si les colonnes généralement nommées « récupérable  » des bilans de gestion des biens mis en location, sont considérés comme des revenus différés et doivent à ce titre être déclarés aux impots,(année blanche). Merci d’avance de votre reponse.

  18. LE METOUR HELENE

    bonjour,
    je remplis la declaration 2044 pour un revenu foncier en vide. je ne suis dans aucun cas particulier ( style loi pinel ou autre.
    exemple de montant : 1000,00 montant loyer brut
    j’indique le montant des différentes charges : frais de gestion, assurance, etc ..
    quel montant dois-je indiquer pour l’année blanche.
    1 ere case : revenus brut : donc pour moi : 1000.00 euros
    2eme case : revenus non exceptionnelle : faut-il remplir cette case ou pas ? quel montant brut ou net ?? et quelle conséquences pour 2020 ??
    merci beaucoup pour votre réponse, je n’arrive pas à trouver une réponse simple et pourtant je pense qu’il y a des conséquences sur les années suivantes .

  19. Bonjour,

    Je dois déclarer un revenu foncier vide. J’ai reçu de mon agence de location un récapitulatif de charge déductible pour l’année 2017 et un pour l’année 2018.
    Ma question est de savoir quel récapitulatif je dois utiliser pour ma déclaration 2019 ? Dois je utiliser celui de 2018 et faire ensuite une correction d’impôt avec celui de 2017 ?

    Merci pour votre réponse

  20. Je reprends la remarque de NOELLE CHAMOUSSET.
    J’ai contacté les impôts et ils me confirment que le déficit doit bien être imputé malgré cette année blanche.
    C’est effectivement une injustice dans un cas comme le notre où le déficit part en fumée.

    Cela dit le sujet est discutable si on reprend la notice des impôts

    « Si vous disposez d’un déficit antérieur non encore imputé, la répartition de ce déficit par année d’origine est réalisé sur la déclaration n° 2044 (ou n° 2044 spéciale). Seuls les déficits des années 2008 à 2017 non encore imputés sur des revenus fonciers antérieurs à 2018 peuvent être indiqués case 4BD. »

    On notera le « peuvent être » et non un « doivent être » Ca reste discutable mais quoiqu’il en soit nous n’aurons évidemment pas le dernier mot.

    • Bonjour

      Concernant le sort en 2018 des déficits antérieurs reportables ils ne sont pas claires du tout!! J’ai contacté deux fois les impôts pour être sur! 0809401401 et deux réponses différentes et affirmatives!!! non votre déficit ne sera pas utilisé dans le vide cette année blanche et entierement reportable en 2018, et oui votre déficit sera utilisé pour rien!! je n’ai donc pas remplie la colonne B pour indiquer mon bénéfice, et ce sera la surprise lors de la réception l’avis d’imposition…

  21. Bonjour,
    En visualisant une vidéo diffusée sur le site Impot.gouv sur l’année blanche, je me pose la question :doit-on obligatoirement déclarer les revenus fonciers de 2018 ? On nous dit, ce ne sont pas des revenus exceptionnels, RIEN A FAIRE …. (ce que j’entends sur la vidéo). Pourriez-vous me confirmer si oui ou non ? Merci d’avance de votre réponse.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Oui bien sur il faut le faire. J’ai écrit un article qui explique comment faire cette nouvelle déclaration (rubrique immobilier).
      Cordialement.

  22. Bonjour,
    En ligne 420, nous avons un bénéfice foncier pour l’année 2018 mais avons en ligne 451 un déficit venant des années antérieures.
    Pouvez-vous me confirmer que nous n’avons rien à remplir dans les rubriques « année blanche » ? Serons-nous imposé sur ce bénéfice 2018 ?
    Merci d’avance pour votre réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.