Articles récents, Impôt

Prélèvement forfaitaire unique : la déclaration d’impôt permet de refuser le PFU via la case 2OP.

Le prélèvement forfaitaire unique (PFU) alias « flat-tax » est mis en place depuis l’an dernier. Ce nouveau système d’imposition concerne la plupart des produits bancaires et s’avère complexe tout en profitant principalement aux contribuables particulièrement aisés. Les personnes les plus modestes et notamment ceux non imposables paraissent non concernés par cette réforme et peuvent heureusement rester sous l’ancien régime qui est plus favorable pour eux. Pourtant, il leur faudra être très vigilant! En effet, tous les français sont assignés au PFU par défaut. De fait, la majorité des français vont subir le prélèvement forfaitaire unique s’ils ne font rien et donc payer un impôt trop élevé… même ceux non imposables! Pour éviter ça, il faudra prendre le temps de cocher une nouvelle case bien cachée sur la déclaration d’impôt 2019. On fait le point en détail et je vous invite à partager l’information rapidement car toute personne avec un placement bancaire est concernée.

C’est quoi le PFU? Quels placements sont concernés par le prélèvement forfaitaire unique?

Le PFU est un nouvel impôt qui touche la plupart des placements bancaires. Vous êtes concerné si vous possédez une assurance-vie, un compte-titres, un livret bancaire fiscalisé, un PEL, des actions, obligations, etc… Beaucoup de banques imposent la souscription à des parts sociales qui sont alors logées sur un compte-titres; produit concerné par le prélèvement forfaitaire unique. De fait, la majorité des contribuables français doivent lire cet article.
Avant, ces placements étaient imposés lors de la déclaration d’impôt en N+1. Chacun subissait alors une fiscalité qui lui était propre comme nous allons le voir mais le traitement via la déclaration d’impôt avait le mérite de faire en sorte que les personnes imposables ne payaient rien.
Depuis 2018, l’Etat a mis en place le PFU qui consiste à ponctionner 12.8% au titre de l’impôt sur le revenu; ce choix fiscal s’ajoute au précédent et le contribuable peut choisir entre l’ancien système et le nouveau. Cependant, ces 12.8% sont pris immédiatement car le PFU devient la norme. Autrement dit, tout le monde a déjà payé 12.8% et ceux qui veulent rester sous l’ancien système vont devoir remplir une case sur la déclaration d’impôt 2019.

NB : Le PFU est en réalité de 30% mais comprend 17.2% de prélèvements sociaux qui sont pris dans tous les cas (au PFU ou dans la déclaration d’impôt). Il faut donc s’attarder uniquement sur la partie « impôt sur le revenu » qui est de 30%-17.2% soit 12.8% au prélèvement forfaitaire unique.

Quand est ponctionné le prélèvement forfaitaire unique? Comment l’annuler dans la déclaration d’impôt 2019?

Le problème du PFU est qu’il est pris immédiatement par les établissements bancaires. Depuis 2018, à chaque fois que vous faites un rachat sur des placements concernés ou que des revenus sont versés, la banque retient immédiatement les 30% correspondant à la flat-tax. C’est donc un impôt qui a été pris au fil de l’eau pour tout le monde.

Exemple

Mr Corrigetonimpôt reçoit 100 € de dividendes sur son compte-titres.
La banque va immédiatement retenir 30% (12.8% d’impôt et 17.2% de prélèvements sociaux) du montant gagné par le contribuable soit 30 €.

Les contribuables ont donc déjà payé le PFU sans avoir pu choisir. On peut noter deux exceptions : les plus-values lors des cessions d’actions et les revenus d’assurance-vie. Pour ceux deux supports, le PFU sera pris lors de la déclaration d’impôt 2019 des revenus 2018. Pour autant la problématique est la même : si la case n’est pas cochée, la flat-tax sera prélevée même pour les non imposables. Voir : assurance-vie et PFU : comment ça marche?

On se rend donc bien compte que la norme impose ce nouvel impôt. Il reste possible de le refuser comme promis par le gouvernement mais cela va nécessité une action de la part des contribuables. C’est lors de la déclaration d’impôt 2019 des revenus 2018 qu’il sera possible de cocher une case pour refuser le PFU appliqué sur les revenus 2018. Le fisc remboursera alors les 12.8% via un crédit d’impôt (les 17.2% étant tout le temps à payer) et appliquera l’imposition selon l’ancien système.

Il faut cocher la case 2OP lors de la déclaration d’impôt 2019 pour annuler le prélèvement forfaitaire sur les revenus 2018.

Le prélèvement forfaitaire a été pris l’année passée. Pour l’annuler, il faudra cocher la case 2OP lors de la déclaration d’impôt réalisée en mai.

Exemple

Mr Corrigetonimpot lit cet article. Il se rend compte qu’il faut annuler le PFU pris en 2018 pour obtenir un remboursement car il est non imposable.
Lors de la déclaration d’impôt faite en mai 2019, il cochera la case 2OP. Le fisc remboursera le trop pris via un crédit d’impôt.

La case figurera tout en bas du bloc présentant les cases numéros 2 dans la rubrique « revenus des valeurs et capitaux mobiliers » (juste après toutes les cases similaires à l’imprimé fiscal unique envoyé par la banque). Je mettrai une image dès que les formulaires seront parus. La mention sera la suivante : « Vous optez pour l’imposition au barème de l’ensemble de vos revenus et gains mobiliers, cochez la case – 2OP« . La case ne sera pas cochée à l’avance, c’est au contribuable d’être averti et de penser à la cocher si c’est intéressant pour lui. Nous allons voir que c’est le cas pour la majorité des personnes modestes et non imposables. En particulier pour la déclaration d’impôt 2019, le refus du PFU est la meilleure solution dans plus de 90% des cas.

Attention, le fait de refuser le PFU vous permet aussi d’avoir la CSG déductible. Pour cela, il faudrait rayer le montant de la case 2CG et le remettre dans la case 2BH juste en-dessous. En effet, le PFU ne permet pas la CSG déductible et le fisc a donc mis les revenus en 2CG (non déductible). En refusant le PFU, vous avez le droit à la CSG déductible et il faut alors que la somme passe en 2BH.

Quel est le montant du crédit d’impôt restitué si je coche la case 2OP pour annuler le prélèvement forfaitaire unique? Voir la case 2CK.

Pour savoir le montant d’impôt pris via le PFU, inutile de vous lancer dans des calculs savants. Le montant du crédit d’impôt restitué si vous cochez la case 2OP dans la déclaration d’impôt (donc qui correspond au prélèvement forfaitaire qu’on vous a pris l’an passé) est déjà indiqué par le fisc. Vous le trouverez en case 2CK. Cela vous permettra de voir rapidement l’impact en cochant ou non la case. Vous pouvez aussi faire simplement 2 simulations sur « impôt.gouv » pour trouver la meilleure solution.

Exemple

Mr Corrigetonimpot constate que le montant de 150 € est indiqué en case 2CK. Cela signifie qu’il a payé 150 € d’impôt au PFU l’an passé. S’il coche la case 2OP, les 150 € indiqués lui seront rendus en crédit d’impôt. Bien entendu, il devra faire une simulation pour vérifier si cela ne fait pas augmenter la fiscalité via la déclaration d’impôt car en annulant le PFU, les revenus sont soumis au barème de la déclaration après abattements.

Maintenant que nous avons vu comment l’annuler, il reste à savoir dans quelle situation le PFU est plus intéressant.

Faut-il choisir le prélèvement forfaitaire unique ou rester sous l’ancienne fiscalité?

Cette question est particulièrement technique. Le problème est que la fiscalité habituelle va dépendre de la tranche d’imposition (qui peut être de 0%, 14%, 30%, 41% ou 45% pour les plus aisés) mais aussi des placements financiers car certains bénéficient d’abattements spécifiques. Pour autant, je peux distinguer plusieurs cas pour que chacun s’y retrouve. Je présente ici le calcul « habituel » permettant de choisir entre PFU et imposition dans la déclaration d’impôt. Pour les puristes, j’expliquerai en fin d’article pourquoi le refus du PFU est encore bien plus intéressant cette année sur la déclaration d’impôt 2019 avec l’année blanche 2018.

1- Si vous êtes non imposable : le prélèvement forfaitaire unique vous pénalise; vous pouvez être remboursé.

Dans l’optique où vous ne payez pas d’impôt (je parle ici des personnes non fiscalisée avant imputation des réductions/crédits d’impôt), la solution est très simple. Le PFU vous pénalise totalement et ne sera jamais le bon choix quelque soit le placement bancaire.

Exemple

Mr Corrigetonimpôt a perçu 100 € de revenus via des placements bancaires en 2018.
1- Imposition au PFU : Mr paie 12.8% d’impôt et 17.2% de prélèvements sociaux soit 12.8 € + 17.2 € = 30 €.
2- Imposition selon l’ancien régime : les 100 € sont imposés lors de la déclaration d’impôt avec une tranche d’imposition de 0%. L’impôt est toujours nul et les 17.2% restent à payer.

Mr doit cocher la case 2OP pour avoir un remboursement des 12.8 € pris l’année passée.

Autrement dit, le PFU engendre 12.8% de fiscalité contre 0% auparavant. Il faudra absolument cocher la case 2OP lors de la déclaration d’impôt pour refuser le PFU et obtenir un remboursement via crédit d’impôt.

2- Les contribuables dans une tranche d’imposition à 14% doivent aussi faire la démarche pour refuser le PFU.

Pour la suite des conseils, l’affaire se corse car il va falloir connaître votre tranche marginale d’imposition (14%, 30%, 41% ou 45%). Il faut utiliser le simulateur « impôt.gouv » ou prendre connaissance des tranches ici : Calcul rapide de l’impôt.
Sachez que la plupart des contribuables ayant des revenus « normaux » sont dans une tranche à 14%. Bonne nouvelle, le conseil est alors le même que précédemment. Le PFU pénalise les personnes dans une tranche fiscale à 14%; il faut absolument cocher la case 2OP pour l’annuler et être remboursé. Je détaille ci-après les calculs puisqu’il parait surprenant à première vue que le PFU de 12.8% soit moins intéressant que la tranche à 14%… c’est pourtant le cas.

NB : Pour les puristes, un seul cas très rare existe amenant le PFU à être meilleur que la tranche fiscale à 14%. C’est le cas des personnes faisant un rachat sur un contrat d’assurance-vie après 8 ans ET dont les intérêts imposés dépassent l’abattement de 4600/9200 €. En plus d’être rarissime, ces personnes ont normalement opté pour le PFL de 7.5% au lieu de la tranche à 14% ET au lieu du PFU à 12.8%; elles doivent donc aussi réfuter le PFU pour leurs autres revenus.

3- Les français dans une tranche d’imposition de 30% ou plus doivent prendre le temps de faire des calculs pour savoir s’il faut accepter le PFU ou non.

Si vous êtes dans la troisième catégorie soit un salaire élevé vous amenant dans une tranche fiscale à 30% ou plus, il n’existe pas conseil immédiat. Chacun va devoir étudier sa situation pour savoir si le prélèvement forfaitaire unique vaut le coup ou s’il faut cocher la case 2OP. Bien que le PFU soit très attractif pour les contribuables très aisés et fortunés (41% ou 45%), il peut arriver que ça devienne un mauvais choix. La difficulté vient du fait suivant : si vous choisissez le prélèvement forfaitaire unique, la flat-tax de 30% va s’appliquer à tous les revenus concernés.
Le fait que la flat-tax va être prise sur tous vos revenus bancaires peut s’avérer pénalisant car pour certains, l’imposition à la tranche fiscale était meilleur. Cela vient du fait que les revenus de certains placements subissaient des abattement avant imposition dans la déclaration des revenus. Avec le PFU, aucun abattement n’est possible et tous les revenus subissent 30%. Il faut donc étudier la fiscalité exacte avant/après pour chaque placement.

Prélèvement forfaitaire unique ou imposition au barème via la déclaration : le meilleur choix selon chaque placement.

Afin que les personnes ayant une tranche fiscale de 30% ou plus puissent faire le bon choix (et que les personnes à 14% comprennent pourquoi il faut annuler le PFU), je vous propose plusieurs tableaux présentant le taux de fiscalité exact après abattements. Le PFU est toujours de 30%; l’imposition dans la déclaration présentera 17.2% de prélèvement sociaux associés à une fiscalité selon la tranche fiscale après des abattements. Il faut faire ce travail pour chaque produit bancaire. Je présente rapidement les règles avant d’exposer les tableaux finaux. Pour plus de détail, j’ai expliqué chaque calcul ici : comment marche le prélèvement forfaitaire unique?

1- Dividendes d’actions (compte-titres, parts sociales) : le PFU attractif si la tranche d’imposition est de 30% ou plus.

Les revenus des actions et parts sociales subissent un abattement de 40% avant de passer dans votre tranche d’imposition. De plus, la CSG de 6.8% est déductible en N+1 ce qui ne sera pas le cas au PFU.

Dividendes : imposition via la déclaration d’impôt ou au prélèvement forfaitaire unique?

Le meilleur choix apparaît en vert. Pour les revenus des actions et parts sociales, la fiscalité actuelle est mieux pour les personnes non imposables et à 14% (case 2OP à cocher). Pour les autres, le PFU devient plus attractif.

2- Livrets B, CAT, Obligations logées sur un compte-titre… : PFU avantageux dès 30%.

Les intérêts produits par les obligations (coupons) logés sur un compte-titres ne bénéficient pas d’abattements. Idem pour les livrets B, les CAT…. Ils subissent la tranche fiscale et bénéficient de la CSG déductible en N+1.

Coupons : imposition via la déclaration d’impôt ou au prélèvement forfaitaire unique?

NB : Dans un tel cas, les personnes dans la tranche à 14% gagnent en réalité 0.2% en optant pour le PFU ce qui va à l’encontre de mon conseil initial. Je déconseille malgré tout fortement le PFU car vous prenez le risque de fiscaliser un autre revenu de placement à la flat-tax qui peut entraîner une hausse fiscale importante par ailleurs alors que le gain est ici très minime.

3- Plus-value suite à cessions de titres : vérifiez la durée de détention car le PFU peut devenir obsolète même sur les plus grosses tranches fiscales.

Si vous vendez des titres, l’imposition se fera au barème selon la tranche fiscale. Cela étant, un abattement de 50% a lieu si vous possédez les titres depuis plus de 2 ans et il passera à 65% après 8 ans. De fait, le PFU devient inefficace si vous les possédez depuis longtemps.

Plus-value de moins de deux ans : imposition via la déclaration d’impôt ou au prélèvement forfaitaire unique?

Plus-value entre 2 et 8 ans : imposition via la déclaration d’impôt ou au prélèvement forfaitaire unique?

Plus-value de plus de 8 ans : imposition via la déclaration d’impôt ou au prélèvement forfaitaire unique?

On commence a voir apparaître le problème. Une personne ayant vendu des titres datant de moins de deux ans doit prendre le PFU dès que sa tranche fiscale atteint 30%. En revanche, si elle vend aussi des titres de plus de 8 ans, le prélèvement forfaitaire est pénalisant. Il est impossible de dissocier, il faudra prendre le PFU pour tout ou le refuser totalement.

4- Assurance-vie, PEL, CEL etc…. faut-il choisir le prélèvement forfaitaire unique?

Je pense que vous avez saisi la problématique. Pour chaque placement, il faut identifier les abattements applicables avant imposition à la tranche fiscale puis comparer au PFU de 30%. Je ne vais pas détailler chaque placement mais je suis disponible en commentaire pour répondre aux questions sur un produit spécifique. Pour l’assurance-vie, j’ai expliqué le schéma ici : assurance-vie et fiscalité – faut-il choisir le prélèvement forfaitaire unique, le taux d’imposition ou le prélèvement libératoire?
Concernant le PEL ou le CEL, c’est encore pire car les intérêts sont souvent exonérés d’impôt sur le revenu. Via le PFU, ils sont fiscalisés à 12.8% alors qu’en l’annulant, la fiscalité passe à 0% pour tout le monde. Une fois encore, même pour les contribuables très aisés il devient très intéressant de cocher la case 2OP pour récupérer les 12.8% pris à tort via le PFU.

Bilan : faut-il cocher la case 2OP dans la déclaration d’impôt 2019 pour annuler le PFU?

Pour conclure, je peux seulement avancer deux conseils simplement :

1- Les contribuables non imposables ou dans une tranche d’imposition à 14% doivent absolument cocher la case 2OP pour réfuter le prélèvement forfaitaire unique et être remboursé.
2- Au-delà, il suffit de regarder le tableau concerné ci-dessus si vous avez un seul type de revenus bancaires. Si le PFU est meilleur, ne faites rien; s’il ne l’est pas, cochez la case 2OP.

Dès lors que vous cumulez plusieurs revenus bancaires, le choix peut devenir cornélien. Si les tableaux de chaque revenu présentent toujours le même choix, cela reste très simple : il suffit d’opter pour la fiscalité pointée du doigt.

Exemple

Mr Corrigetonimpôt est dans une tranche fiscale à 30% et a eu des dividendes, des cessions d’actions de moins de 2 ans et a fait un rachat sur une assurance-vie ouverte il y’a 3 ans. Il se rend compte que pour chaque placement, le PFU est le meilleur choix. Il peut donc ne pas cocher la case pour rester au PFU et refuser l’imposition selon la déclaration d’impôt.

En revanche, dès lors que les tableaux mettent en avant des choix différents, la réponse est très compliquée. Il faut alors se faire accompagner par un professionnel ou faire les calculs détaillés de chaque impôt à l’euro près. La solution est d’utiliser le simulateur « impôt.gouv » et de faire deux tests : un en cochant la case 2OP et un autre en ne faisant rien. Cela vous permettra de savoir s’il est mieux de prendre la flat-tax pour tous vos revenus ou d’être imposé selon le barème fiscal. Impossible de choisir le PFU uniquement pour le placement qui vous arrange!

Enfin, la déclaration d’impôt 2019 est particulière avec la mise en place du prélèvement à la source. Les revenus de placement ne sont pas imposés selon la tranche marginale d’imposition (14%, 30%…) mais selon le taux moyen qui est bien plus attractif. Le refus du PFU se révèle encore plus intéressant cette année même pour les personnes qui ont des tranches élevées. J’ai expliqué cette opportunité sur le taux fiscal ici : comment sont imposés les revenus exceptionnels via le CIMR?

Pour être complet, sachez que le refus du PFU permet de réduire l’impôt mais peut faire augmenter le revenu fiscal de référence et le taux pris à la source. La hausse du taux n’est pas un problème car le gain en impôt est plus intéressant et le trop pris via le taux sera rendu. En revanche, la hausse du revenu fiscal de référence peut amener certains retraités à perdre des aides. Je vous invite à vérifier que votre revenu fiscal ne vous permet pas des exonérations avant de réfuter le PFU : Revenu fiscal de référence : à quoi ça sert?

49 Commentaires
  1. Bonjour, je découvre votre blog sur lequel je suis tombé lors de mes recherches pour investir dans l’immobilier.
    Je vous encourage à continuer le très bon travail d’explication. je suis sûr que ces info digne d’un expert se facturent plusieurs centaines d’euros.
    félicitations

  2. Bonjour

    Vous écrivez que la case 2OC cochée va permettre de refuser le Pfu. En fait, elle va permettre de le corriger puisque le Pfu aura déjà été prélevé.
    Aussi, qu’en sera t-il pour les prochaines années… faudra t-il cocher la case 2OC chaque année ou le faire en 2019 suffit ?
    Bien cordialement.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Ce sera bien à faire chaque année! Impossible d’éviter le prélèvement de 12.8%, il faut cocher en N+1 pour être remboursé.
      Cordialement.

  3. CANS Marie-Laure

    Bonjour Monsieur et merci beaucoup pour ces explications très claires et infiniment utiles !
    Aussi je me demande comment, pauvres diables que nous sommes, ferions-nous pour ne pas nous « faire avoir » s’il n’y avait pas de personnes comme vous !

    Sincèrement.

  4. Monsieur,
    sur le simulateur fiscal, j’ai indiqué des dividendes perçu à hauteur de 150 000 €. Je me suis bien sûr acquitté de 30 % de cette somme; soit 45 000 €.
    Je pensais n’avoir rien d’autre à payer mais je vois qu’une ligne intitulée « impôt proportionnel » apparaît à hauteur d’une somme de 19 200 €. Pourquoi ?
    Je pensais que le PFU était libératoire de tous autres versements.
    Cordialement.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      D’une part, il faut faire le test avec ou sans le PFU pour vérifier que l’imposition ne soit pas meilleure.
      Pour l’impôt proportionnel, il correspond étrangement à 12.8%… n’avez vous pas déclaré les dividendes au mauvais endroit? Le fait de les indiquer comme plus-value par exemple sous-entend que le PFU n’a pas été prélevé et donc les 12.8% sont pris dans la déclaration.
      Cordialement.

  5. Bonjour,
    Un grand merci pour votre article. Je viens de consulter ma déclaration faite en 2018 sur les revenus 2017. N’étant pas imposable (chômage longue durée en fin de droits), la case 2CK est vide.
    Mais ma question concerne la case 2op que je ne trouve pas sur cette déclaration 2018.
    Mes revenus 2018 ont augmenté en raison de mon départ à la retraite le 1er août 2018. Dois-je déclarer les revenus 2018 ou bien les revenus 2019 ?
    Mes remerciements réitérés pour vos conseils et articles,
    Hélène

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      La case 2OP est nouvelle, il est normal que vous ne la voyez pas sur la déclaration passée.
      Cordialement.

  6. Bonjour,

    Très bon article, mais vous dites : ‘Le fisc remboursera alors les 12.8% via un crédit d’impôt (les 17.2% étant tout le temps à payer) et appliquera l’imposition selon l’ancien système. ‘

    Mais est-ce-que le cas que les prélèvements sociaux sont également soumis au CIMR, de sorte que l’impact du choix du PFU est supérieur à 12,8% ?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Les revenus de capitaux mobiliers sont considérés comme exceptionnels et donc imposés. Ils ne bénéficieront pas du CIMR, que ce soit pour l’impôt ou les PS.
      Cordialement.

  7. Merci pour ce blog très bien écrit !
    Une petite erreur à corriger dans la phrase « Chacun subissait alors une fiscalité qui lui était propre comme nous allons le voir mais le traitement via la déclaration d’impôt avait le mérite de faire en sorte que les personnes imposables ne payaient rien. »
    Bonne continuation,

  8. notez que sur la déclaration simplifié la case o p n’apparait pas ,sans une extreme vigilance beaucoup se feront avoir ,
    d’autre part avec le pfu même si on est remboursé ,l’argent a été sorti du placement pour faire de la trésorerie aux impotce qui constitue une spoliation…

  9. Bonjour,
    Je vais recevoir en Mai 2019 des dividendes (en fait un boni de liquidation assimilé à un dividende pour la fiscalité) et l’entreprise va remplir une déclaration 2777 qui se traduit en prélèvement à la source d’emblée de 30%.
    Mes revenus salariés et ma situation familiale me fait tomber pour 2019 dans une TMI à 14%. C’est bien sur la déclaration des revenus 2019 faite en 2020 qu’il faudra que j’opte pour la case 2OP n’est ce pas ?
    Merci beaucoup !

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Oui tout à fait. N’hésitez pas à regarder cette année si vous avez des revenus 2018 concernés également.
      Cordialement.

  10. Bonjour et merci pour ces précisions que le site des Impôts ne donne pas, volontairement je pense.
    Après lecture de cet article, et ayant quelques revenus de capitaux mobiliers en plus de ma modeste retraite, et étant imposée dans la tranche à 14%, j’ai fait les simulations avec les deux options pour ces revenus.
    Avec l’option Flat tax, et en tenant compte du CIMR, je n’aurai aucune restitution du crédit d’impôts de la ligne CK.
    Avec l’option « Imposition au barème »,et toujours avec le jeu du CIMR, j’aboutis à une restitution partielle.
    Je serai donc tentée de cocher la case « imposition au barème ».
    Cependant je me pose quand même la question, car avec cette option, le montant brut de l’impôt, avant imputation de ce crédit d’impôt et du CIMR est beaucoup plus élevé qu’avec l’autre option, ce qui génère un taux de prélèvement à la source supérieur à partir de septembre 2019.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Etant donné que le taux n’est qu’une avance qui sera régularisée et non pas l’impôt final qui sera prélevé, je ne peux que vous conseiller de cocher la case.
      Cordialement.

  11. Bonjour,
    Bravo et merci pour ce site très instructif !
    Suite à la réalisation de quelques simulations sur le site des impôts préalablement à ma déclaration, j’aimerais attirer votre attention sur deux points particuliers :
    1- il ne suffit pas de cocher la case 2OP pour que les intérêts des livrets fiscalisés, PEL de plus de 12 ans, etc. soient soumis au barème progressif comme précédemment ; il faut également retrancher les montants pré-remplis à la rubrique 2CG et les transférer à la rubrique 2BH, sinon la déduction de CSG de 6.8% ne s’applique pas (c’est clairement indiqué sur les IFU de certaines banques, mais pas du tout sur d’autres…)
    2- exceptionnellement, les revenus de placements de 2018 ne sont pas fiscalisés au TMI mais au taux moyen d’imposition, et ce en raison du calcul CIMR « au prorata » des différents revenus. L’imposition au barème sera donc certainement plus intéressante pour d’avantage de contribuables cette année qu’elle ne le sera au cours des prochaines années. Et une simulation de chacune des situations semble indispensable pour s’assurer de faire le bon choix, les calculs théoriques présentés dans votre article ne s’appliquant finalement que pour les revenus de placement qui seront perçus en 2019.
    Qu’en pensez-vous ?

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Merci pour la précision. Pour les revenus exceptionnels, je l’ai bien précisé à la fin mais la remarque 1 est très intéressante.
      Cordialement.

    • Merci pour la remarque n°1
      Personne ne donne ce conseil et c’est bien vu.

      • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

        Oui, je viens de l’ajouter à l’article car c’est indispensable, notamment sur les gros dividendes.
        Merci Christophe!

  12. Bonjour

    Merci pour votre site et la mine d’or en terme d’informations qu’il contient.
    J’aurais une question concernant l’imposition des BSPCE.
    J’ai revendu mes titres en fin d’année 2018 (rachat de la société qui m’employait).
    Pouvez-vous svp m’indiquer:
    – si le PFU a déjà été prélevé au moment de la revente,
    – si dans l’eventualité ou j’optais pour le barême progressif dans ma déclaration, ai-je droit à des abattements pour durée de détention ?
    Cordialement

  13. Bonjour, attention, pour les retraités modestes et âgés, cocher la case 2OP n’est PAS toujours le meilleur choix, car cela peut envoyer le revenu fiscal de référence (RFR) au dessus des seuils d’exonération (de taxe foncière et de CSG sur la retraite).

    J’ai fait le calcul pour un retraitée de mon entourage, ce qui m’a induit à poster ici ce message : si cette retraitée conserve l’option du PFU et donc NE COCHE PAS la case 2OP pour l’imposition au barême, elle obtiendra en 2020 un gain différentiel de pouvoir d’achat de 980€. Bien sûr, en prenant en compte la fiscalité et les seuils sociaux définis actuellement.

    Voci le calcul :
    – Soit, pour 1,5 part fiscale, une retraite imposable de 16100€, des revenus financiers de 881€ (dont 303€ de dividendes éligibles à abattement de 40%), et un crédit d’impôt de 113€ sur dividendes et intérêts 2018.

    – Avec la case 2OP cochée, le « Revenu brut global » est de 15250€, au lieu de 14490€ quand on ne coche pas la case. Pourquoi ? parce que les revenus financiers sont intégrés au « Revenu brut global » dans le 1er cas, et pas dans l’autre.

    – Du coup, l’abattement spécial personnes âgées -qui est fonction du revenu précité- est réduit à -1208€, au lieu de -2416€ avec la case non cochée.

    – Au final, le RFR est de 14103€ avec la 2OP cochée et de 12955€ dans le cas contraire.

    – Donc, en cochant la case, la retraitée sera assujettie à : la taxe foncière, la redevance TV, et la CSG/CRDS sur sa retraite. Alors qu’elle sera exonéré de tout cela en gardant l’option du PFU.

    Dans les 2 cas, la retraitée reste non imposable : elle obtient une restitution de 113€ avec la case 2OP cochée, et un impôt de zéro (annulé par son crédit d’impôt de 113€) dans l’autre cas.

    Tous comptes faits, la retraitée aura 980€ de revenus en plus en 2020 en restant au PFU, c’est à dire en ne touchant pas à sa déclaration préremplie, puisque le PFU est l’option par défaut.

    C’est très contre intuitif je l’avoue, car « en principe » l’option du PFU est déconseillée pour les non imposables, mais en l’espèce je conseille aux retraités modestes et âgés de bien faire et refaire leurs calculs avec et sans l’imposition au barême.

  14. Thibault Diringer - Corrigetonimpot

    Bonjour,
    Il y’a énormément de messages, je passe à côté de beaucoup malheureusement. Sur un tel cas, je n’ai pas pu voir la pratique. Je ne sais pas si le PFU a été pris et côté abattement, il sont de 65% après 8 ans de détention et 50% de 2 à 8 ans de mémoire. De toute manière, je ne peux que vous conseiller de faire la simulation avec ou sans la case 2OP sur votre déclaration et de garder la meilleure solution.
    Cordialement.

    • Bonjour ,
      merci une nouvelle fois pour toutes vos explications qui semble apporter beaucoup de réponses à chacun…

      voici ma question :
      nous sommes tous avec nos déclarations , j’ai appelé les impôts , mon expert comptable de mon entreprise et personne ne sait avec certitude comment je dois remplir ma déclaration.. c’est fou, mais mêmes les impôts ( agent et contrôleur au téléphone ) ne savent répondre .

      pour faire simple : j’ai un taux de 21.70%… nous avons pris une flat taxe courant 2018 et mon entreprise à régler directement les 30% ( csg + 12.8% de taux )
      je dois maintenant renseigner dans les bonnes cases de ma déclaration cette somme brut selon mon comptable ( 50000€ brut, soit perçu 35000€ )

      je ne veux évidemment pas payer à nouveau de l’impôt , mais personne n’est en mesure de me dire les cases qu’il faut remplir selon ma situation précise.

      Si vous aviez 1 mn pour me donner ce renseignement , ce serait formidable.

      très cordialement.

      • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

        Bonjour,
        Désolé mais il faudrait que je me penche sur la question pour trouver la case et ça prendrait facilement un bon moment. Je n’ai pas la réponse de tête sur ce point technique. En revanche si votre expert-comptable botte en touche, c’est plus que surprenant…
        Cordialement.

  15. Bonjour Thibault ,

    merci pour votre retour .
    le plus surprenant , c’est que les 3 experts comptables contactés donnent chacun 3 version ( cases différentes ).
    le service des impôts ne sait pas répondre formellement…et mon expert comptable que je viens de quitter au téléphone à nouveau devant mon insistance me dit qu’elle doit contacter le centre des impôts d’Angers ( service tiers déclarant – direction général ).
    C’est fou quand même , avec cette loi Macron de Janvier 2018 « flat taxe » , les entreprises ont versé 1 milliard d’euro sous cette formule et aucune personne dites compétente ( comptable -service impôt ) est en mesure de nous permettre de renseigner notre feuille d’imposition correctement…

    en tout cas , je ne vais pas lâcher l’expert comptable afin d’avoir « la bonne réponse  » et je ne manquerai pas de l’inscrire sur votre blog…. cela pourrait en intéresser certains .

    bien cordialement.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Merci. Je reviendrai aussi mettre la réponse si je trouve le temps de regarder ou si j’ai le cas.
      Cordialement.

  16. Bonjour et merci pour tous ces articles fichtrement bien écrits, très utile pour un profane tel que moi.
    Je possède un vieux PEL ouvert en 1993, dois-je opter pour le PFU ? Sachant que mon revenu net imposable portant uniquement sur les salaires après déduction frais réel est de 19 700 euros pour une part et que ce PEL génère 5336 d’intérêt annuel.

    Merci par avance.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Vous serez au PFU par défaut de toute manière. Après il faut cocher la case pour faire le test en le réfutant. Comme expliqué, le refus sera certainement la meilleure solution.
      Cordialement.

      • Parfait, merci, si j’ai bien tout saisi, il est plus intéréssant pour moi d’opter pour le barême progressif du moment que je reste dans la tranche d’imposition de 14%. Comme mentionné par Christophe il faut que je raye 2CG et que je reporte en 2BH pour la déduction de la CSG à hauteur de 6.8% et de l’abattement de 40% sur les dividendes.

  17. Bonjour, j’ai clôturé un PEA bancaire en juillet 2018 qui avait entre 2 et 5 ans. L’imprimé fiscal de la banque indique seulement une plus value brute de 450 € et un total de prélèvement sociaux « pour information » de 1305€. Puis je opter pour la case 2OP? Quelles cases remplir ? en vous remerciant par avance

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Il suffit de faire le test en cochant ou non la case. Vous verrez si vous êtes gagnant en le faisant.
      Cordialement.

  18. Erreur dans mon calcul, je re-publie le commentaire précédent…
    ——————————————————
    Bonjour, et merci pour vos articles très instructifs
    J’ai été surpris par le paragraphe suivant
    « Concernant le PEL ou le CEL, c’est encore pire car les intérêts sont souvent exonérés d’impôt sur le revenu. Via le PFU, ils sont fiscalisés à 12.8% alors qu’en l’annulant, la fiscalité passe à 0% pour tout le monde »
    Je comprends que le PFU s’applique uniquement aux revenus ou plus-values imposables.
    J’ai un PEL qui est arrivé à échéance en 05/2018.
    Pendant 2 ans, jusqu’au 05/2020, les intérêts de ce plan sont exonérés d’impôt (IR), mais soumis aux prélèvements sociaux de 17,2%. En conséquence, pas de PFU, et pas de déduction possible sur la CSG.
    A compter du 05/2020, les intérêts du PEL deviennent imposables, et restent soumis aux prélèvements sociaux.
    2 options possibles pour la déclaration de ces revenus
    1)
    PFU: 12,8% + 17,2% = 30%
    2)
    Barème IR , avec déduction possible de CSG (6,8%). Mon TMI est de 30%
    Donc IR + PS = 30% +17,2% – 6,8%* 30% = 45,16%

    Le PFU est donc plus avantageux.
    J’ai bien compris, ou j’ai raté quelque chose ?

    Bien cordialement

  19. Bonjour .
    Ayant quelques revenus de placement en plus d’une retraite moyenne, et étant imposée dans la tranche à 14%, j’ai fait les simulations de déclaration de revenus avec les deux options.
    Si j’opte pour le barème,le montant de l’impôt est moindre cette année,mais le prélèvement à la source reste sensiblement le même pour l’an prochain,alors qu’avec le PFU l’impôt de cette année est plus important,mais le calcul du prélèvement à la source baisse de 1,5% pour l’an prochain.
    Au final, avec le PFU je serai perdant à court terme, mais gagnant en global à moyen terme (avec un prélèvement à la source plus intéressant de septembre 2019 à aout 2020).
    Je ne serai donc pas aussi affirmatif que vous pour le choix de l’option PFU ou barème pour un taux marginal à 14% et j’encourage vivement de comparer le nouveau taux de prélèvement à la source applicable en septembre prochain.
    Merci de vos commentaires.
    Bien cordialement.

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour Ramon,
      En fait, il ne faut surtout pas se fier au taux pris à la source. Celui-ci n’est qu’une avance, ce que vous payez réellement à la fin est l’impôt. Le refus du PFU fera baisser l’impôt et c’est ça qui est important. En revanche, le taux à la source augmentera avec le refus du PFU car on est imposé au barème et non au prélèvement forfaitaire. Si le taux vous chagrine, vous pourrez demander à le baisser en septembre.
      Cordialement.

      • Merci Thibault.
        J’ai bien compris. Dommage que le centre des impots que j’ai consulté n’ait pas eu une réponse à me proposer.

  20. Bonjour,

    j’ai un PEL, un CEL, une assurance vie qui sont actifs. Je fais uniquement des versements mensuels ou ponctuels. je suis dans la tranche des 41%. Je ne vois aucun montant dans 2CK.
    Cela signifie-t-il que je n’ai pas payé les fameux 12.8% supplémentaires en PFU? Seront-ils prélevés que lorsque je casserait mon PEL, mon CEL et mon assurance vie? Dois-je tout de même cocher la case 2OP cette année et les années à venir?
    Merci d avance

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Cela se passera l’année où vous rachèterez. Il faut de toute manière faire le test de la case 2OP dès lors que des chiffres sont pré-remplis dans les cases 2.
      Cordialement.

  21. Bonjour Thibault,

    Après avoir lu votre article, il est plus intéressant pour moi de cocher la case 2OP. Cependant, je suis un peu perdu car je ne sais pas si je dois garder le montant de mes dividendes pré-declaré au niveau de la case (Autres revenus soumis à un prélèvement ou une retenue libératoire) ou je dois le déplacer dans 2DC (Revenus des actions et parts abattement de 40 % si option barème)? Sinon les cases 2CG et 2CK sont vides sur ma feuille d’impôts!!!

    Merci beaucoup pour votre aide
    Mehdi

  22. Bonjour, Site très intéressant
    Si je coche :revenu fiscal 32848 taux 8,6 % avec un Prél 180 euros mensuel et restitution de 39 euros
    Si je ne coche pas :revenu fiscal 32888 taux 8,1 % avec un Prél 177 euros mensuel
    Je suis retraité, lequel est le plus avantageux . Je vous en remercie. Cordialement

    • Thibault Diringer - Corrigetonimpot

      Bonjour,
      Le taux n’étant qu’une avance, il faut se focaliser sur la restitution. En cochant, vous gagnez 39 €; c’est tout ce qu’il faut retenir!
      Que vous payez 180 € ou 177 € à la source ne change rien. Au final, ce qui compte ce sera l’impôt final calculé sur les revenus 2019 lors de la déclaration 2020. Le fisc vous reversera le complément ou vous demandera la différence si l’impôt payé à la source est trop élevé ou pas assez.
      Cordialement.

  23. Bonjour, site très intéressant,
    Si je coche :revenu fiscal 32848 taux 8,6 % avec un Prél 180 euros mensuel et restitution de 39 euros,
    Si je ne coche pas :revenu fiscal 32888 taux 8,1 % avec un Prél 177 euros mensuel.
    Etant retraité lequel est le plus intéressant. Je vous en remercie.

  24. bonjour , site très intéressant
    pouvez vous svp me dire si je dois opter pour cocher 2 op
    pension 29400
    2dc:810, 2tr: 2760, 2cg: 3570,2ab:3,2ck:24

    taux marginal:14%
    je vous remercie

  25. Bonjour,
    Tout d’abord un grand merci pour votre site qui est d’une aide précieuse! Je n’hésite pas à partager 🙂
    Pourriez-vous me dire s’il est possible de déclarer un gain d’acquisition d’actions gratuites à l’IR (case 3VJ) tout en appliquant le PFU pour RVM, Plus Value cession actions.. Il me semble que oui, mais … votre avis m’aidera.
    Bien cordialement
    Adele

  26. Félicitations pour votre site super bien fait ! Grâce à votre explicatif très clair, j’ai pu modifier ma déclaration avec la case 2OP et vous en remercie.

  27. Bonjour,

    Merci pour votre article très intéressant.

    J’ai réalisé les simulations mais d’un côté j’ai une restitution d’impôt mais un taux à la source plus élevé et un revenu fiscal de référence légèrement plus élevé. De l’autre côté pas de restitution mais un taux à la source et un revenu fiscal de référence moindre.

    Je n’ai que des intérêts d’un vieux PEL et de livret B. Pas de dividendes et d’actions.

    Vous dîtes que le taux n’est qu’une avance et qu’il faut se focaliser sur la restitution car ce qui compte ce sera l’impôt final calculé sur les revenus 2019 lors de la déclaration 2020. J’avoue que je suis un peu perdue et ai du mal à comprendre, serait-il SVP possible de m’expliquer plus précisément pour que je comprenne ?

    Ma banque m’a dit que si je ne prenais pas le PFU alors les revenus concernés seront alors imposés au taux de ma tranche marginal d’imposition auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux de 17.2% ; soit pour moi 14 + 17.2% = 31.2% et que le PFU serait donc plus intéressant.

    En vous lisant j’ai l’impression que c’est plutôt l’imposition au barème qui serait mieux.

    Pourriez-vous SVP m’aider ?

    Ci-dessous ce qu’il ressort des 2 simulations que j’ai réalisées :

    Avec ligne 2OP cochée :
    Crédit d’impôt modernisation du recouvrement : effacement de votre impôt sur le revenu 2018 à hauteur de
    3531
    MONTANT NET À RESTITUER AU TITRE DE L’ANNÉE 2018 * 145
    le taux de prélèvement à la source applicable après actualisation en septembre 2019
    serait de : 7.1%
    Le taux individualisé du déclarant 1 serait de 10.3%. Le taux du déclarant 2 serait de 0.0%

    Sans ligne 2OP cochée :
    Crédit d’impôt modernisation du recouvrement : effacement de votre impôt sur le revenu 2018 à hauteur de
    3381
    MONTANT NET À PAYER AU TITRE DE L’ANNÉE 2018 * 0
    le taux de prélèvement à la source applicable après actualisation en septembre 2019
    serait de : 6.8%
    Le taux individualisé du déclarant 1 serait de 9.9%. Le taux du déclarant 2 serait de 0.0%.

    Merci d’avance.

    Bien cordialement.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.